Il y a quelques mois mon frangin avait écrit un article depuis la Chine où il finissait ses études. Il y racontait les « aventures » du Pasteur cantonais Samuel Lamb, un modèle de foi et de persévérance, accessoirement grand habitué des camps de travail pour opposants politiques et autres petites douceurs communistes. A ma demande, il a accepté de rédiger un nouvel article pour Kto and the City, et a choisi de vous faire partager ses messes dominicales made in China. Bonne lecture…

 

Les catholiques cantonnais sont des petits veinards. Certes ils n’ont pas le droit d’évangéliser dans la rue, mais en théorie ils ne risquent plus d’être déportés du jour au lendemain sans raison, ni de voir leurs magasins saccagés par la police. Alors ils en profitent parce que 1) c’est un privilège assez rare (les chrétiens du nord, notamment à Pékin, payent pour le savoir) et  2) Ce n’est pas si récent que ça. Canton est l’un des seuls diocèses de Chine dont l’évêque est reconnu par Rome (ça c’est nous) et Pékin (ça c’est Mao et sa clique). L’équilibre est fragile, mais il me permet d’aller à la messe sans finir la journée à jouer à pile-ou-face celui qui finira dans un wagon à bestiaux direction le Xinjiang, le Shandong, le Ningxia ou toute autre province au nom imprononçable.

A Canton, il n’y a pas 10 000 églises, mais tout le monde ou presque connaît la cathédrale : les touristes défilent et se prennent en photo devant le bâtiment en tapant des poses 100% chinoises. Et donc 100% chelous. Pour rappel, si vous la jouez soft la pose classique c’est ça :

 

C’est le minimum requis, mais vous pouvez aussi vous lâcher et laisser cours à votre créativité. Comme ce brave type qui a complètement craqué :

 

En fait pour les chinois, qu’ils soient chrétiens ou non, une cathédrale à l’européenne c’est un peu le top of the pop de l’exotisme. Construite par les français fin 19ème elle tranche un peu avec le style local. Trois gargouilles, deux rosaces et tu verrais limite Quasimodo sonner les cloches au milieu des bouddhas.

Mesdames, Messieurs, je vous présente la Cathédrale du Sacré-Cœur de Canton*, Cathédrale de Canton, je te présente Mesdames, Messieurs. De l’extérieur ça rappelle ce qui se fait à la maison, et un peu de « home sweet home feeling » c’est pas du luxe quand on s’est tapé une soupe au bec de canard pour le petit-déjeuner (Vous pensez que c’est une image ? Si seulement, …). D’ailleurs, les premiers vitraux étaient paraient-ils en français, avant d’être détruits pendant la « Révolution Culturelle » (sic)**. Mais rapidement, le « home sweet home » laisse place au « what the f*** ?! ».  Rien qu’en regardant les messes du week-end, on se doute qu’il y a embrouille :

-          Samedi :              9h Coréen   11h Cantonais   15h Mandarin

-          Dimanche :        11h Mandarin   15h30 Anglais

Y a trop de langages bizarres pour que ce soit honnête. Mais le truc qui fait vraiment chelou, c’est qu’à chaque messe l’église est bourrée à craquer : c’est fou ça ? Je parle en connaissance de cause,  je suis arrivé en retard un dimanche matin, et je me suis fait recaler, plus de places. Recaler ! A l’église ! La honte… En France on te paye pour venir à la messe, à Canton les types gèrent leur église comme si David Guetta assurait la sono ! « Désolé Monsieur c’est une messe privé, et en plus on avait dit pas de baskets ». En fait, les chinois, qu’ils soient déjà baptisés ou non, ont une curiosité surprenante pour le christianisme. Ils viennent à la messe en famille voir ce que ça donne, même certains n’y comprennent finalement pas grand-chose. J’ai même rencontré des gens qui voulaient devenir chrétien sans rien y connaître. Mais vraiment rien, que dalle ! Un exemple ?

- Je veux devenir chrétienne

- Mais tu connais un peu la vie de Jésus ?

– Ah parce qu’il a vraiment existé ???

 

Cela dit, grâce à Dieu, les églises (catholiques et protestantes) font plutôt bien le job dans un contexte difficile, et les chinois sont de plus en plus nombreux à être baptisés. D’après certains groupes protestants il y aurait chaque année plus d’un milliard de nouveaux chrétiens en Chine. Je pense que c’est des mythos.

Pendant les première messes, je me demandais un peu où j’avais débarqué. Pas simple d’appréhender les spécificités de la succursale asiatique. Imaginez-vous une assemblée toute jaune et bridée, pleins d’écrans plats*** partout qui diffusent les textes, les chants ou des vidéos de l’autel et des offrandes complètement absurdes (Le Pain, le Vin je comprends, mais les sacs de riz**** et les rouleaux de PQ c’est un peu too much), vous aurez aors une idée de l’atmosphère un peu spé d’une messe made in Guangzhou. D’autant que les chinois s’appliquent et jouent leur rôle à fond : on se sent très seul quand on souhaite la « Paix du Christ » à une jeune chinoise en lui tendant la main et qu’elle vous met une grosse crampe. Oui, au lieu de se serrer la main ou de se faire la bise (mais ça c’est même pas envisageable), la plupart des jeunes chinois se souhaitent la « Paix » comme ça :

 

Quand on a vu ça, après les rouleaux de papiers toilettes devant l’autel c’est peanuts… J’ai eu le droit à quelques saluts bouddhistes aussi. Ils s’appliquent je vous dis ! Ne jamais sortir du personnage…

A ce stade, et même si les chinois sont forts sympathiques, je décide quand même d’aller tester la messe en anglais. Histoire de comprendre ce qui se raconte, quoi. Histoire aussi de me fondre un peu dans le paysage. Loupé. Car le dimanche après-midi à Canton, ce sont les africains qui gèrent le business…

 

 

Je vous parlais d’Eglise-boîte de nuit ? Avec un videur nigérian de 120 kilos à l’entrée je vous jure qu’on s’y croirait. Autant pas se ramener en marcel ou débardeur, y aura zéro moyen de négocier. Si un jour vous prévoyez un petit week-end à Canton, pour le fun, pensez à vous pointer en avance : l’église est blindée dès le rosaire qui commence une heure et demie avant l’office. Un autre monde je vous dis, d’autant plus que je comprends presque mieux le coréen que l’anglais des nigérians.

Pour les fêtes aussi on se retrouve un peu décalé : quand il fait 30c° le jour de Noël, le Petit Jésus est bien content d’être en slip et le Père Noël doit galérer dans son manteau rouge et blanc avec son traineau porté par le vent! Pour les rameaux, c’est un peu pareil : faut essayer de se mettre dans l’ambiance donc on fait avec ce qu’on a ! (je confirme que malgré les apparences toutes les photos ont bien été prises en Chine)

 

 

Mine de rien, ça fait réfléchir. En tant qu’européen, j’ai toujours considéré que l’Eglise (et le monde en général) tournait autour de moi. Finalement, y a des millions de gens sur la planète qui n’ont pas besoin de nous pour célébrer la messe (et recaler des gens à l’entrée) ! Aller à la messe en Chine, c’est se taper des bonnes barres de rire en regardant les chinois faire n’importe quoi. Mais c’est aussi le sentiment assez rassurant que l’Eglise va bien, merci pour elle, et que même à 10 000 Km de Paris, on peut quand même se retrouver un petit peu à la maison.

 

 

*Que vous pouvez aussi appeler « 耶穌聖心主教座堂 » si vous voulez la jouer intime

**Depuis ils ont été remplacés par des vitraux en anglais venus des Philippines (fournisseur officiel de catholiques asiatiques depuis le 16ème siècle).

***Bienvenue en Chine

****Bienvenue en Chine

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

39 commentaires to “On a testé pour vous : la messe en Chine”

  • Ils font la même pose devant la Tour Eiffel -_-’

  • Merci à Mgr Guillemin, admirable missionnaire des Missions Étrangères de Paris (Quelle belle société!!!), pour la construction de la cathédrale de Canton!
    Je précise que les « trucs spaces » apportés à l’offertoire sont également des offrandes. Faut pas oublier que dans la procession des offrandes il y a bien sûr ce qui va devenir le sacrifice du Christ (pain et vin), mais aussi tout ce que les fidèles « offrent » pour l’Église. Chez nous ça donne la quête (et donc trois pièces qui se battent en duel dans des vieilles corbeilles en osier), c’est pas très original. En Asie (en fait globalement dans presque tous les pays dit « de mission »), c’est beaucoup plus varié. Et comme les prêtres ont bien besoin de riz pour se nourrir et redistribuer aux écoles, orphelinat et tout et tout, les fidèles apportent plein de bouffe, et d’autres trucs nécessaires à la vie de l’Église (cierges, PQ…).

    • A Abidjan j’ai aussi vu quelques petites choses folkloriques, et à Noël des produits pour distribuer aux familles déshéritées. Si mes souvenirs me trompent pas, pour un évènement de la paroisse j’ai même croisé un mouton^^.

      • D’ailleurs, cette idée de vraiment apporter des offrandes qui ne soient pas juste du pain et du vin (et 3 centimes qui se battent en duel) était déjà là au temps des premiers chrétiens où chacun apportait quelque chose, mais souvent « en nature » genre bouffe en tout genres.

  • Eglise catholique-Marché automobile, même combat: c’est des pays émergents que viendra le salut. En plus, si l’on se réfère aux exemples africains mentionnés ici (Ivoiriens-Abidjan, Nigérians-Canton), les choses sont faites avec une grande piété et un engagement profond.

    • Je ne peux que confirmer, la nouvelle évangélisation viendra d’eux. Mon séjour en Côte d’Ivoire (dont a pas mal parlé sur le blog) m’a boosté pour des années, on ne peut être que confiant en l’avenir lorsque l’on en revient.

      • Il faut tout de même se placer dans une perspective de long terme… Un bon siècle! Ca tombe bien le Seigneur se place sans doute dans une perspective longue… Saint Paul qui semble-t-il a un temps attendu l’avènement du Christ de son vivant a dû changer de position!

        Les grandes écoles de théologie se trouvent encore (mais elles ne sont pas en super forme) dans la vieille Europe. On ne les voit pas tous les jours en action, mais c’est des enseignements de ses écoles que dépendent en partie les grandes orientations pastorales que nous vivons.
        Un des principaux enjeux aujourd’hui à mon avis est de transmettre de façon suffisamment efficace les trésors dont la « vieille Église européenne » dispose encore aux nouvelles Églises qui partent (parfois) un peu dans tous les sens. La solidité théologique (en particulier de l’Église de Chine) n’est pas encore suffisante. En même temps le danger est de trop transmettre notre mode de pensée et donc d’empêcher (sans le vouloir) le développement d’une théologie catholique propre à la culture locale. C’est tout le problème de l’inculturation véritable…
        Je néglige toutefois les écoles de théologie dynamiques qui existent dans le monde (américaines en particulier), mais elles ne parviennent pas jusqu’en Europe pour la plupart!
        Compliqué tout ça…

  • Mon Dieu, l’auteur de cet article est chauve !

  • Vous avez de la chance de voyager comme ça, ça doit être assez marrant d’assister à une messe vraiment différente !

    • J’avoue ça doit faire tout bizarre d’être dans une église avec que des chinois !

    • sleep apnea

  • Je pose peut être une question débile, mais la messe c’est la même partout ?

    • Ce n’est pas une question débile.
      La messe a le même sens partout, mais le déroulement n’est pas le même chez les Orthodoxes, et, s’il fallait rester dans le domaine catholique, je dirais que les orientaux ont un je ne sais quoi de plus langoureux, de plus révérencieux avec un cérémonial plus présent. Je vous invite, pour les Parisiens, à vous pointer à la rue des Carmes (aux pieds du Panthéon) chez mes frères Syriaques Catholiques, les dimanches à 11h00. On peut y suivre la messe en trois langues (arabe, syriaque-araméen et français) sur un seul missel. Cela permet de toute façon de lire la traduction d’un bout à l’autre. Et c’est un peu plus long. D’autant qu’il y a un troisième intervenant : un diacre qui est souvent le principal répondant au célébrant. Il ne faut pas être très regardant sur les chants. Ce n’est pas parce qu’on est expatrié ou exilé qu’on chante mieux que cez soi.

      • Je voulais me la péter avec la messe du rite Syriaque, mais Filou m’a devancé. Et comme c’est lui qui m’y a emmené…

        César à César toussa.

        • Non mais vas-y, on n’en a pas vraiment reparlé depuis.
          Sérieux, je me retourne si tu ne veux pas que je regarde…

    • Le rite catholique est le même partout (il y a le cas des catholiques non-romains mais je n’y connais rien, donc je m’abtiens) mais il y a des différences culturelles selon les endroit. Par exemple de ma petite expérience de la Californie, les catholiques américains d
      s’agenouillent plus que les français, et pas que pendant l’Eucharistie !

  • Cela me rappelle ma propre expérience, dans une « petite » ville du Henan (dont parlera sans doute mieux que moi l’amie qui m’hébergeait, à qui je viens d’envoyer le lien), tout de même siège d’un évêché… je confirme l’affluence impressionnante ! En revanche, à la cathédrale de Pékin, c’était plus semblable à nos habitudes françaises, mais j’avais consciemment opté pour l’unique Messe en français du dimanche après-midi, je n’ai pas testé les autres langues. Je garde cependant un souvenir ému des nombreux détails bien chinois, le plus kitsch étant sans doute les guirlandes électriques lumineuses autour des statues et des icônes, surprenant dans une église néogothique…
    Et dans une toute petite église d’un village balnéaire de Taïwan aussi, le prêtre qui a recommencé son homélie en anglais rien que pour que nous puissions comprendre… un jour de fête de Pentecôte, c’était particulièrement bienvenu !
    Merci pour ce partage effectivement très optimiste… ou plutôt porteur d’Espérance ! Le vent souffle où il veut, non ? ;-)

    • Le vent ?

      • Anne-Laure use de cette métaphore:
        « Le vent souffle où il veut et tu entends sa voix ; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va : ainsi en est-il de quiconque est né de l’Esprit. »(Jean, III, 8)

        En gros, c’est l’idée du don de l’Esprit Saint.

        • Le smiley, n’en tenez pas! une petite erreur de manip’!

        • Ah ouais, mais aussi dans ce cas la…

          C’est normal qu’on soit largué si vous vous faites des p’tites références comme ça ;p

  • On commence à avoir un peu trop de mecs bibliquement compétents sur ce blog, ça nuit à la lisibilité des discussions…

    • Tu devrais mettre un lien vers les bédés d’Edmondprochain; comme ça, on mettra tout le monde à niveau niveau références bibliques (en se marrant en plus).

  • Bravo pour ton passage sur RCF !

    • Clément : 1 passage sur RCF en 150 articles
      Basile : 1 passage sur RCF en 2 articles

      Le ratio d’efficacité est vraiment pas le même…

      • Dans quelle émission?

  • Charte du blog:

    La Bible tu ne citeras pas dans ce blog….

    Et puis quoi encore !

  • La messe c’est kitch mais les représentation de Marie avec le petit Jésus dans les bras version bridée : c’est dépaysant… Ça change de Marie avec deux nattes blondes version Heïdi en Allemagne !

    • Sans partir très loin. En Espagne, la statuaire sacrée tend à rendre Jésus et sa mère plus vrais que nature ! Au point qu’on les croirait vivants : en grandeur réelle, Jésus est allongé sur son linceul, percé de plaies sanginolentes… Marie est souvent habillée d’étoffes réelles, dans une attitude de grande tristesse, ne pouvant pas susciter autre chose qu’une grande compassion !

    • J’ai toujours eu du mal avec les statues de Marie qu’on habille, ça me met super mal à l’aise. Et puis je trouve une statuée habillée moins digne, la pierre me parle plus.

      • Pense à la ferveur populaire. Sans elle et ses diverses formes d’expression, la religion se réduit à quelque chose qui se rapproche de la franc-maçonnerie…

  • Euh, on attend là !

  • raaaaah! super ce blog! je vous quitte plus!

  • I certainly enjoying every single little bit of it and I’ve you bookmarked to have a look at new stuff you weblog post.

  • If doable, as you develop into expertise, would you mind updating your blog with a lot more details?

  • Gran información. Me encantan todos los mensajes, me gustó mucho

  • I appreciate quality writing when I read it. This is truly a great writing. You make sound and compelling points presented in a fresh way within your content. Your views are very different and original.

Laisser un commentaire

Avatar de Kto and the City

Bienvenue sur Kto and the city, blog catho décomplexé à l'humour décalé. Vivez les aventures d'un catho dans la ville, on décortique la Foi dans la joie, la bonne humeur et les vannes à pas cher. Mais surtout on assume à fond et on le vit bien.

 

Une supplique ? Une insulte ? Une lettre d'amour ? Contact : ktoblog@gmail.com Réponse dans l'année garantie !

  • Facebook

  • Rejoignez la newsletter !

  • Derniers articles

  • Commentaires récents

  • Kto and the City, l’appli android !

     

     

  • Catégories

  • Suivez KTO sur Twitter !

  • Tags