La vie est pleine de paradoxes. Voilà. Ah vous vous attendiez à plus ? Moi je veux bien, mais après je vais encore partir dans une intro qui dure des plombes tant pis pour vous…
Si vous cherchez un peu dans mon quotidien vous trouverez très vite des incohérences qui frôlent le pathétique, des trucs affligeants. Au Mcdo par exemple  je prends toujours au moins 2 burgers* en plus de mon menu Big Mac, ce qui fait monter le repas à facile un milliard de calories (rajoutez quelques millions si je tape dans la sauce Creamy Deluxe). Et bien ça ne m’empêchera pas de prendre un coca zéro parce que « en ce moment je fais un peu gaffe ».

Autre exemple ? Quand je paie avec ma carte bleue, j’ai pas vraiment l’impression de dépenser de l’argent, je peux acheter une paire de pompes de rugby à 80 euros ça me fera pas sourciller une demi-seconde. En revanche celui qui me regarde au moment de lâcher une pièce de deux euros à la quête verra un sale rictus sur mon visage**, en gros on vient de m’arracher le cœur…

Après je parle de moi mais je suis clairement pas le seul à me foutre de la charité de l’hôpital. On vit quand même dans une société où les gens cherchent désespérément un sens à leur existence, au point d’aller ressortir je ne sais quel calendrier maya qui leur permettra d’y inventer une fin à défaut d’une justification, et qui pourtant refusent catégoriquement d’entendre parler de Dieu.  Ou alors mieux, on a les cathos qui  croient en lui mais refusent catégoriquement l’idée que s’il les a envoyé ici c’est parce qu’il avait des plans précis pour eux, ou du moins une vague notion de ce qu’ils allaient y faire. Cherchez la logique…

Quand je parle tambouille spirituelle avec mes potes chrétiens, je leur demande souvent « et toi, tu la vois où ta vocation ?». Alors là stupeur et tremblements, les mecs donnent soudain l’impression d’avoir vu le croquemitaine présenter un spectacle de claquettes. De la perplexité à la l’indignation, on a des réactions pour tous les goûts, sauf une. Jamais on ne me répond « Je pense que le seigneur Jésus m’appelle  à… ». Parce que la vocation ça fait flipper, c’est un peu notre Voldemort à nous, le mot qu’on ne doit pas prononcer.

 

 

Pourquoi ? Pas la moindre idée. La peur de voir Dieu devenir quelque chose de concret ? De perdre notre sacro-sainte « liberté » ? De se retrouver avec une bure et une coupe au bol dans dix ans ? Quoiqu’il en soit personne n’a vraiment envie d’y penser, ce qui est franchement dommage quand on sait qu’elle représente 50% du boulot. C’est très bien d’avoir la foi, d’aller à la messe le dimanche et de faire la prière avant de monter dans un avion, mais au bout d’un moment faut que ça débouche sur quelque chose de concret, sinon v’là l’intérêt quoi. Un croyant qui ne se pose pas la question de la vocation, c’est un mec qui apprend le code de la route par cœur sans jamais se pointer à l’examen…
La question est tout de même relativement simple à comprendre (à résoudre nettement moins) : j’ai foi en Dieu, de quelle manière m’appelle-t-il à servir l’Eglise et les hommes ?

 

Alors c’est vrai qu’on est pas dans cosmo, tu ne trouveras pas ta vocation en deux secondes dans un test bas de gamme sur papier glacé « Tu as une majorité de ronds jaunes, bravo tu seras aumônier des prisons ! ». Ça demande beaucoup de recul sur soi-même, d’être capable d’écouter Dieu dans la prière comme dans notre quotidien pour pouvoir entendre son appel. Mais il y a tout de même deux-trois grosses ficelles pas très compliquées à tirer quand on veut savoir quel chemin nous  permettra de devenir un mini-Christ taille porte-clés :

Quelle place j’ai envie de tenir dans la communauté ? Celle du prêtre qui offre sa vie au service de l’évangile, celle du Père (ou de la Mère) de famille qui élève ses enfants dans la foi ? Est-ce que je ressens le besoin de porter le message dans le monde ou d’agir au sein de l’Eglise ? Quand je désire apporter aux autres l’amour de Dieu, je pense à mes potes à mèches du lycée ou aux plus démunis ? Qu’est-ce qui me révolte, qu’est-ce qui me donne envie de péter des plombs, qu’est-ce que je trouve terriblement injuste ?

 

 

Ma vocation je la cherche depuis des années. Dans la moitié de mes prières je demande à Dieu comment être utile, qu’il me montre la voie qu’il a choisie pour moi. Je m’en fous d’être JPII ou ouvrier chez Goodyear, tout ce que je veux c’est filer un coup de main avec les qualités que le Seigneur m’a donné. Ca me bouffe que tant de personnes critiqueent notre message simplement parce qu’elles n’en comprennent pas un broc, que tant s’éloignent du Christ sans réaliser ce qu’il peut leur apporter, et je crois que c’est par là que je dois chercher. Ce blog est forcément un début de réponse et j’espère que l’Esprit Saint m’aidera à en discerner la suite, car c’est une remise en cause permanente qui va m’habiter pour les 60 années à venir (200 si je meurs vraiment vieux). Je veux être un ouvrier pour la moisson, comme ça quand je partirai, personne ne pourra dire que j’ai été un consommateur de mon Eglise.

 

 

*En général un charolais et un CBO (Chicken mythic reviens…). Au passage, je signale qu’on me truande pas comme ça, si Ronald mangeait au Domac tous les jours il aurait sûrement pas cette dégaine là…

**Pourquoi vous m’observez pendant la messe ? Vous êtes bizarres !

 

Ps : Alors, des nouvelles de cette monstrueuse affaire qui doit ébranler le Vatican pour le millénaire à venir ? Vous non plus ? Bon, tant pis…

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

40 commentaires to “La vocation, notre Voldemort”

  • Pour bcp trop de cathos, la vocation c’est être prêtre ou pas. Bien sûr il faut se poser la question du sacerdoce, mais même si ce n’est pas pour toi ça ne veut pas dire que tu n’es pas concerné par les plans de Dieu !

    Bel article ;)

  • « Un croyant qui ne se pose pas la question de la vocation, c’est un mec qui apprend le code de la route par cœur sans jamais se pointer à l’examen… »

    Like ! Après, je crois que beaucoup de mecs pensent que la vocation, c’est forcément un truc de ouf genre partir évangéliser les eskimos. Ca peut être une chose très simple aussi, tout le monde n’est pas l’Abbé Pierre.

  • L’article est top pas de souci, mais question : pourquoi une photo de justin bieber ?

    Je suis peut-être demeuré ^^

    • Il lui fallait un ado à mèche ;)

    • Je pensais plutôt que c’était un genre de réponse a la question juste avant :)

      • Ne pas se couper d’une partie d’abonnés au blog! On peut être très intéressé par tes articles et être fan de Justin Bieber. Une autre façon de le dire: on peut avoir un goût prononcé pour l’élévation spirituelle, et un goût de chiotte pour la musique. Bon, je t’aide pas là…

  • Merci pour l’article Kto. Quelques conseils hyper pratiques que j’ai donné à des séminaristes en propédeutiques pour aider au discernement.
    1) LIRE la parole de Dieu en suivant les conseils d’un gars qui s’y connaît et que te connaît (pas forcément un vrai père spi, ça peut être un bon ami!).
    2) Voir ce qui nous fait réagir (et là je te rejoins à 100%) et surtout ce qui nous rend heureux.
    3) Voir ce que disent la famille et les amis proches.
    4) Voir ce que dit l’Église (et donc en dernier recours mais peut-être aussi en premier l’évêque).
    5) Et bien sûr prier, c’est la condition sine-qua non. Prier en essayant de se taire un tout petit peu. On demande tellement de trucs à Dieu qu’on n’a plus le temps de l’entendre.

    En tout cas ces points correspondent aux lieux où Dieu nous parle: la prière, les désirs sains, les gens qui nous aiment, et l’Église institution.

    Tout cela est admirable. Ensuite… le grand saut, quelle que soit la vocation, elle ouvre sur la vie éternelle. Donc c’est un peu chaud quand même… mais il faut y aller, et croire que Jésus nous prend par la main et que Marie reste juste derrière pour assurer au cas où!

    • Merci pour ces conseils concrets, c’est une question qui fait aussi peur car on ne sait pas comment s’y prendre…

  • Très bon article. Il faut se poser cette question. On a tous quelque chose à faire pour l’Eglise.

    Pierre à l’édifice, tout ça…

    • Jésus construit son Eglise sur Pierre, il n’a pas fait les choses de son côté en nous laissant passif ;)

  • Pas la peine de demander à Dieu en permanence….Il n’est pas sourd..!
    Laprièce active, celle qui nous habite et que nous vivons intérieurement oui, cet alignement entre mes pensées et mes actes, oui ! le ménage dans ma tête et dans mon coeur, oui trois fois oui ! D’ailleurs, les écritures nous le disent : que ton oui soit vrai, que ton non soit vrai dans un alignement intérieur total.
    Maintenant, parce que je ne suis pas d’accord avec certaines positions de l’Eglise, et bien je m’engage pour tenter de participer à son évolution…en fonction de mes convictions profondes qui mettent toujours l’Homme au centre, dans le sens respecter l’Etre en chacun d’entre nous.
    Engagée en association, en Eglise, j’essaie (pas toujours facile d’ailleurs !) d’etre en cohérence avec moi même, avec ma foi et pour moi c’est l’Amour, celui qui ne juge pas, qui ne culpabilise pas, celui qui libère, à l’instar de l’amour de Jésus, que j’essaie de servir au mieux.
    Et c’est tout sauf confortable ! Dieu réconforte les perturbés, et perturbe ceux qui sont dans le confort…(Rabindanah Tagore).
    Dieu fait tout, mais l’homme ne fait pas rien, m’a dit un jour une personne de ma paroisse…
    Bravo encore pour vos coups de gueule, et vos réflexions toujours enrichissantes ! MERCI.

  • Très bel article, c’est une question toujours sensible à aborder à l’aumônerie, surtout au moment de la Confirmation , les gamins sont divisés entre l’idée d’être des « grands » et l’idée « mais attend être grand ça veut dire que je vais devoir faire les choses de moi-même, montrer que je veux prendre ma place dans l’Eglise…houlala bon c’est pas gagné alors » .mais c’est une question essentielle.

    Merci pour cet article, il permet de se poser la question…une nouvelle fois.

  • Je ne commente jamais, mais là j’ai l’impression de passer à côté d’un truc. Je parle pas un mot d’anglais (mais le sindarin sans souci), quelqu’un peut me traduire les deux images siouplaît ? :D

    • la première : « Severus… Tu es en retard. » « Seigneur… J’ai apporté des tacos. » (plat mexicain)
      la deuxième, c’est dans l’esprit de : « Arrêtez de vous moquer d’elle ». ;)

  • Encore une fois je vais répondre à tes blagues d’intro :
    1/beaucoup de gens prennent une boisson allégée avec leur gros burger+grandes frites+sauces. Ou bien une salade à la place des frites mais 2 burgers et un dessert. Et même, le fait de prendre une salade met dans l’inconscient l’idée qu’on a mangé léger ! (oui, des scientifiques ont planché sur la question, ils essayaient de comprendre pourquoi tant de gens qui prétendent faire attention à ce qu’ils mangent dans l’unique but de perdre du poids n’y arrivent que très médiocrement sinon pas du tout)
    2/payer par carte fait perdre conscience du montant. Si un jour tu as des difficultés financières, demande à passer de la carte de paiement (ou pire, de crédit) à une carte de retrait. Tu ne feras plus aucune dépense superflue tellement ça te fera mal de payer. Des scientifiques ont montré qu’on est frustré après avoir payé quelque chose en liquide alors qu’on est content après avoir payé autre chose par carte, la technologie donnant, en plus du virtuel qui rend le montant totalement abstrait, une impression de puissance.
    Tes exemples de contradiction sont donc des plus classiques en fait, probablement les plus répandues dans notre civilisation.

    Pour en venir au thème, je me souviens quand j’étais gamine le curé de la paroisse nous demandait en confession « as-tu songé à la vôcâtion? » Pour lui c’était clairement être prêtre ou religieuse. A lire certains commentaires je ne suis pas la seule à avoir cette seule évocation en lisant le mot. Alors que c’est vrai, tu as raison, après avoir éventuellement écarté cette option, on devrait tous se demander quelle est notre vocation. Mais comme on a peur que ça nous donne une responsabilité, on évite d’y penser…

  • Effectivement il faut tous se poser la question de la vocation. Mais si comme tu le dis presque tout le monde évite le sujet c’est je pense parce qu’il a longtemps été biaisé par les seules vocations de prêtre et de religieux(se), qui sont certes particulières et surement les plus radicales, mais il en existe beaucoup d’autres.

    Attention, le coca 0 est pire que le coca normal ;-)

  • Vous parlez tous de discernement, d’écouter Dieu, mais ça aide pas beaucoup comme notions…

    • Il faut pas être presser, prier, écouter ses désirs aussi et se faire conseiller par ses parents, un ami, ou un prêtre. Mais sa ne vient pas du jour au lendemain…

  • Vous vous rendez-compte que seuls les pratiquants se sentent concernés par cette question ?

    Envoyé par téléphone.

  • Peut-être qu’on peut compliquer une peu les choses…

    Doit-on avoir UNE vocation ? LA vocation ? pour les 60 ans à venir…
    Ne peut-on pas avoir des vocations …. successives… dans une vie potentiellement longue.

    Deuxieme question pour compliquer encore un peu les choses… Faut-il absolument ne pas être un consommateur ? Etre Chrétien… n’est-ce pas quelque chose de complètement gratuit ? Venir juste à la messe, juste comme ça, comme nous sommes, sans en attendre de contre-partie à rendre ou à donner : est-ce si déconnant ?

    Encore une petite pour la route… devons-nous absolument attendre de Dieu, qu’il nous indique notre (nos) vocation(s)… Sur terre, en tant que terrien, ne sommes-nous pas responsables de nos choix et de nos actes ?…. choix que nous pouvons faire dans la certitude de l’amour que Dieu nous porte… ce qui devrait nous permettre de restituer cet amour… à notre prochain.

    Attention : ce n’est pas là une affirmation de ma pensée… mais juste l’idée qu’il ne faut s’emballer dans une seule direction… sans imaginer qu’il y a d’autres façons de comprendre les choses…

    Et maintenant que j’ai mis le bazard… je file !

    • Attetion à ne pas confondre gratuité et passivité !

      • Bien vu !

    • C’est ça, file, et s’il t’arrive de te choper en pleine tronche l’idée que le Christianisme EST témoignage, tu changeras d’optique.

      • Filou,
        Tu as du oublier de lire les 3 avant dernières ligne de mon commentaire… ;-)

        Néanmoins… des religieux qui vivent cloitrés (ceux qui ne sortent pas du tout) témoignent-ils de quelque chose dans la mesure où ils ne communiquent pas avec l’extérieur ?

        • Par le sentiment de vide qu’ils laissent auprès de leurs proches, par la plénitude de leur engagement auprès de Dieu, oui, ils témoignent. Ils ne sont pas sous les feux de la rampe, il ne s’agit pas de Secret Story… Mais ils n’ont pas non plus disparu sans laisser de trace. Rien à voir avec la Légion Étrangère.

          • On est d’accord ! D’ailleurs, dans ce cas là on est dans de la pure gratuité… cf. question N°2

        • Les religieux cloitrés témoignent-ils? Il me semble que la sainte patronne de la mission était une religieuse cloitrée…
          Le témoignage passe aussi et avant tout par la prière, et aussi par sa propre vie. Certains sont bouleversés en voyant des religieuses cloitrés et très pauvre rayonnant de joie :-)
          Plusieurs vocations? certainement mais il en est pour lesquelles il faut prendre un engagement définitif (mariage, sacerdoce, etc…)

          Enfin il est sur que si on attend tout de Dieu sans rien faire on ne trouvera pas sa vocation…parce qu’il nous laisse libre d’y répondre ou non. Il y a un moment où il faut franchir le pas.

    • Tu évoque la possibilité de changer de vocation, mais que ce soit, prêtre, religieux(se) ou plus couramment, le mariage, il est bien difficile de changer en cours de route donc je vois ;al comment on peut avoir plusieurs vocations.

      • Oui c’est vrai : toutes les vocations ne peuvent pas toujours se succéder (en tout cas pas dans n’importe quel ordre)…

        Mais on peut être marié, avoir des enfants puis devenir diacre (ou pasteur protestant ou orthodoxe ou catholique en orient… et même mais c’est très rare catholiques de Rome (dans ce cas on arrive même à superposer 2 vocations)…

        On peut essayer une vocation… commencer une vie monastique puis en sortir… au bout de 3 ans… et passer à autre chose… On peut entrer au séminaire… puis finalement ne pas devenir prêtre… et se marier et avoir des enfants…
        Et qui va se permettre de juger ceux qui changent de vocation ? en tout cas pas moi… ;-)

        • Oui mais là tu ne parle que des vocations qui engagent toute la vie justement. Il y a d’autres appels plus petits, plus ponctuels auquels il faut aussi savoir répondre. Et on peut considérer que chaque métier est une vocation, tout comme le bénévolat, etc…

          • C’est juste mais pour répondre à Fini, j’ai justement argumenté sur celles qui engagent (à priori) pour la vie… Si déjà on peut en avoir plusieurs de celles là… à fortiori on pourra en avoir beaucoup des « plus petites » comme tu dis…

  • 400 personnes dans le groupe Facebook

    • Le compte est bon !

  • Mais bien sur qu’on peut avoir plusieurs vocations dans une vie.

    Je ne parlerai que des laïcs car c’est le cas que je connais un peu puisque je le suis depuis bientôt 1/2 siècle.

    J’ai été appelée et j’ai dit oui aux vocations suivantes:
    marraine, épouse, maman, chef d’entreprise, catéchiste, responsable caté dans ma paroisse, représentante des parents d’élèves à l’école, au collège puis au lycée (quand on s’investit auprès des élèves, de leurs familles et des enseignants, il y a des choses formidables à vivre)

    J’aurai pu également répondre oui quand on m’a demandé de me présenter aux élections municipales, mais on ne peut pas tout faire: c’est cependant également une vocation pour certains, tout comme l’engagement dans la vie associative, ou dans des activités artistiques.

    Enfin j’espère devenir un jour : belle-maman, grand-maman, et pourquoi pas arrière -grand-maman.
    Vous allez me dire qu’on ne me demande pas leur avis aux grands parents, mais ils peuvent choisir d’assumer leur position auprès de leurs petits enfants, ou de s’en désintéresser.

  • la vocation?

    c’est peut-être découvrir notre liberté devant Dieu et se laisser humaniser par le christ.
    c’est accepter d’être aimé par Dieu et essayer d’aimer son prochain.Un seul bonjour ou sourire suffit pour redonner du courage à une personne inconnue.
    Nous ne voyons ni le bien ,ni le mal que nous faisons.
    La vocation il ne faudrait pas passer toute sa vie à chercher quoi?une mission particulière?
    il faut rester des chercheurs de DIEU !Qui cherche trouve ,demandez et vous recevrez dit jésus

  • pour moi la vocation (j’ai 22 piges, aux portes de la vie d’adulte, je suis en quelque sorte à un embranchement) est associée à l’idée de choix (donc de renoncement) et d’engagement. engagement vis à vis d’un métier ou d’une voie professionnelle du moins. puis c’est aussi quand même la question de savoir si l’on sera laïque ou religieux non? je patauge un peu pour ainsi dire…
    @ Marie => rester des chercheurs de Dieu…il me semble que c’est ce que je serai toute ma vie. Le Christ me paraît parfois incroyablement présent presque palpable tout comme il m’est aussi souvent étranger et insaisissable. c’est la foi qui sauve et qui nous tient après. En tant que chrétienne j’ai l’impression de courir après le Christ et de me casser la gueule tout le temps, de me gourer de direction de trifouiller. ce n’est pas vraiment un long fleuve tranquille la vie spirituelle!
    Sinon, je suis d’accord que la liberté a une place importante là dedans…. de là à trouver le point d’accroche entre la soumission à Dieu et la liberté de l’Homme? comment ce paradoxe s’articule-t-il? trouve une cohérence?
    Bref. La vocation c’est un ce petit plan d’amour que le Père a pour chacun de nous, mais p***** faut ouvrir grand les yeux et le coeur pour suivre l’itinéraire!
    et sinon, dernière chose: allez Tsonga!
    je vous embrasse

    • Dieu ne veut pas notre soumission, mais notre sincérité.Il est vraiment un libérateur . Le chemin est étroit.Tout nous est donné ,nous nous n’avons rien inventé ,nous nous servons de ce qui existe vraiment.Et quand bien même nous inventerions des choses super:il y a cependant quelque chose que seul DIEU peut faire comprendre à chaque homme et lui faire ressentir physiquement :le PARDON.(un coeur lourd de rancoeur peut soudain se transformer en coeur aimant).
      Notre vocation est de dire l’AMOUR de DIEU pour chacun d’entre-nous quelqu’il soit.
      Car nous avons tous en nous la possibilité de choisir le bien ou le mal sur notre chemin et de faire un enfer sur terre.Le christ sur la croix n’a pas dit je vous pardonne mais : Père pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font.Il est resté sans haine jusqu’au bout pleinement homme.
      victorieux du mal .

  • Sexiste surtout.

    Merde, j’ai craqué.

  • Caté-o-and-the-city, pour les grands et les petits !

  • Pour des raisons tout à fait différentes, toi et chamatou me faites bien marrer^^

Laisser un commentaire

Avatar de Kto and the City

Bienvenue sur Kto and the city, blog catho décomplexé à l'humour décalé. Vivez les aventures d'un catho dans la ville, on décortique la Foi dans la joie, la bonne humeur et les vannes à pas cher. Mais surtout on assume à fond et on le vit bien.

 

Une supplique ? Une insulte ? Une lettre d'amour ? Contact : ktoblog@gmail.com Réponse dans l'année garantie !

  • Facebook

  • Rejoignez la newsletter !

  • Derniers articles

  • Commentaires récents

  • Kto and the City, l’appli android !

     

     

  • Catégories

  • Suivez KTO sur Twitter !

  • Tags