DAAAAAAA DI DAMDAAAAAA DIDADI DIBABOOOOOOOOOOOO !  demdemdamdaaam dadadi didadooo…

Craquage ? Non, récital*. Interprétation libre et très personnelle de la musique d’intro du meilleur Disney de tous les temps. Le seul film au monde où un babouin à fesses bleues baptise un bébé lion devant des zèbres qui font la révérence. Bienvenue dans l’univers de la cocotte–moineau et des mangoustes qui dansent déguisées en vahiné, bienvenue sur les terres du Roi Lion.

 

 

Le Roi Lion est ressorti en 3D au cinéma mercredi dernier, hier soir j’étais donc scotché sur mon siège molletonné à taper dans les mains comme un gamin qui vient de souffler ses cinq bougies. En voyant les affiches, vous faites peut-être partie de ces gens qui se sont dit « qu’est-ce qu’ils vont pas encore recycler pour qu’on aille dépenser notre tune au cinéma… ». Moi dans ma tête ça a plutôt fait « OUUUUU TATATATAOUUUUUUUUUU ! C’est sûr j’y vais direct ! ». Et j’y suis donc allé. Ultime. Mais en grandissant, tu vois les choses un peu différemment, et tu comprends que le film a d’autres choses à dire que « On m’appelle MONSIEUR porc ! »**. Il véhicule pas mal de messages***, j’en ai retenu deux.

 

1) Ici, les leçons c’est Mufasa qui les donne. Qui c’est Mufasa ? Mufasa c’est le boss. Le type même du monarque éclairé : un mélange de Louis XIV et de Gandhi. Le Saint Louis des félins. Il règne sur la Terre des Lions (dans la savane ça a l’air d’être le jackpot), il a un perroquet-majordome et tout le pouvoir dont on peut rêver. Pour autant Mufasa ne prend pas la grosse tête, il passe son temps à expliquer à Simba, son gamin relou qui sait tout mieux que tout le monde, que même le King de la savane ne fait pas ce qu’il veut. Aussi haut qu’il soit dans la chaîne alimentaire, en l’occurrence suffisamment pour taper dans tout ce qu’il veut question casse-dale, il reste soumis à l’ordre naturel (le « cycle de la vie » pour les intimes). Pas de VIP sur la terre des lions. Ou l’éloge de l’humilité.

Mufasa:

« Oui mon fils. Tout ce que tu vois obéit aux lois d’un équilibre délicat. En tant que roi, il te faut comprendre cet équilibre et respecter toutes les créatures: de la fourmi qui rampe à l’antilope qui bondit.

Simba:

- Mais les lions mangent les antilopes?

Mufasa:

- Oui Simba, mais laisse moi t’expliquer: quand nous mourons nos corps se transforment en herbe et l’antilope mange l’herbe. C’est comme les maillons d’une chaine dans le grand cycle de la vie. »

Alors Simba, t’es pas calmé là ?

 

On a la thèse, l’antithèse n’est pas très loin. Scar c’est le frère jaloux qui n’a pas le pouvoir mais se rêve déjà en maître du monde. Il traine avec des hyènes dégueus, dont Shenzi la punk sous LSD (tu lui files un berger allemand, une casquette treillis et elle est parfaite pour aller trainer vers 19H à Châtelet-les-halles). Scar, le cycle de la vie il s’en carre sévère. Lui il veut être un acclamé, respecté, c’est ça son truc. En fait il veut devenir un Dieu vivant :

On sait comment ça se termine pour lui.

 

Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que je ne peux pas m’empêcher d’y voir deux façons complètement opposées de concevoir notre monde.

-          D’un côté le croyant qui, s’il suit un minimum ses convictions, à conscience de n’être que de passage dans un monde qui le dépasse complètement. Une création de Dieu traversée par des règles auxquelles il a l’obligation de se soumettre. Un monde dans lequel les rois de la savane comme les babouins à fesses bleues doivent avoir conscience qu’ils seront jugés quoiqu’il arrive. Et sur un pied d’égalité. Humilité inside.

-          De l’autre, les personnes qui  n’ont pas conscience de tout ça. Ou plutôt qui ont décidé de l’ignorer parce que la vie est bien plus sympa si on arrête de regarder vers Dieu pour se regarder soi. L’homme se veut capable de tout maîtriser, tout expliquer,  tout créer pour finalement devenir tout-puissant à la place du Tout-Puissant (ce qui, je vous le dis, n’arrivera jamais). Alors, sous prétexte de trouver la « liberté », on essaie de briser tous les « carcans » qui nous empêchent d’atteindre cet idéal, vous imaginez bien que Dieu et la nature (qui pour moi ne font qu’un, mais ce n’est pas la question) sont en première place. En tant que croyant j’y vois surtout un égo démesuré. Celui de quelqu’un qui ne supporte pas de se soumettre à un ordre qui le dépasse.

Le souci, c’est  que vers la fin il y a toujours un moment où l’ordre naturel reprend le dessus.  Même si je mets Dieu de côté, et que je parle simplement de « nature », la douche froide d’humilité est la même. La vie a un début et une fin, c’est la vérité ultime. Parfois je me demande si le malheur de notre société, ce n’est pas le refus de cet absolu. Au lieu d’accepter de n’être que de passage et d’en tirer les conséquences, on préfère gesticuler, tordre la nature avec cette obsession quasi-pathologique de vouloir contrôler jusqu’à la vie et la mort. Inutile de vous donner des exemples…

 

2)      Mufasa, qui joue déjà le relou de service, en rajoute une couche un peu plus tard.

Il explique à Simba qu’ils ne sont que les derniers représentants d’une lignée bien plus ancienne. Un maillon de la chaîne parmi d’autres en fait. Là non plus ça fait pas plaisir à entendre quand on se veut maître du monde. C’est d’ailleurs le cas de Simba qui annonce « quand je serai roi, je supprimerai la tradition »****, il est en avance sur son temps le petit.  Pourtant quand c’est un gros chat de 300 kilogs qui te donne la leçon, le bon sens voudrait que tu l’écoutes, mais il n’en fait qu’à sa tête. Il finira par revenir se la jouer « fils prodigue » après avoir vu son père apparaître dans les étoiles (les ravages du LSD on vous dit). Père qui lui balance en pleine face la célèbre réplique « Tu m’as oublié en oubliant qui tu étais ».

 

 

Et franchement, j’aimerais bien que plus de mecs de ma génération se rappellent d’où ils viennent, et qu’ils ne sont pas apparus comme ça par l’opération du Saint Esprit (enfin, si, mais là c’est pas la question). Je ne vous parle pas des racines chrétiennes, même pas. Je parle simplement de tous ces mecs qui connaissent la vie parce qu’ils ont un Iphone 4 et un Vespa, bien mieux que leurs parents qui eux n’en ont pas, les gros nazes. De cette idée que tu en as plus compris sur le sens de l’existence en 20 ou 30 ans sur Terre que les centaines de générations qui t’ont précédé. Parce que tu es né à la bonne époque, toi, celle qui a les réponses définitives et les valeurs universelles devant lesquels chacun doit s’incliner. Ca s’applique aux athées, mais aussi à certains croyants qui savent mieux que tout le monde ce en quoi devrait croire l’Eglise, qui arrêtent de grands jugements sur notre foi concernant ce qui est « dépassé » ou non, pensant mieux connaître leur sujet que les théologiens qui bossent dessus depuis 2000 ans, même s’ils ont ouvert une Bible deux fois dans leur vie.

 

Toute ma génération est en extase devant le Roi lion et à raison. Il est sûrement dans le Top 1 des meilleurs Disney de tous les temps. Alors ce serait un peu con de ne pas tirer un peu plus des aventures de Zazou, Rafiki et compagnie. Cette humilité dont on parlait plus haut, ça ne nous ferait pas de mal si on se l’appliquait un peu plus souvent à nous même, simples êtres humains. Juste histoire de nous remettre un peu à notre (vraie) place. Mais ne vous inquiétez pas, Mufasa dispense ses leçons pour encore quelques semaines au cinéma !

 

 

* Le mot est faible

**Réplique archi culte des cours de récré durant l’hiver 94/95

*** Eh ouais, à côté Matrix c’est l’ïle aux enfants (Prends ça Casimir !)

**** C’est la première fois qu’on voit un roi avec si peu de poils.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

31 commentaires to “L’évangile selon Mufasa”

  • « Briser les « carcans » de la nature » ? Ouh, je sens que cet article est l’intro d’autres qui me plairont moins que d’habitude ;)

    • Ce qui veut dire que celui-là t’as plu, c’est déjà pas mal.

      En tout cas moi il m’a plu, déjà parce qu’il m’a bien détendu et ensuite parce qu’il met le doigt sur quelque chose que je ressens souvent: l’envie de dire à des mecs « mais, franchement, t’es qui toi ? » A écouter certains t’as vraiment l’impression que l’homme se prend pour un Dieu vivant.

      Après, je pense qu’il faut pas tirer de plans sur la comète, prend cet article pour ce qu’il est, tu auras toujours le temps de t’embrouiller avec Kto qui il aura effectivement écrit des trucs qui ne te plaisent pas !

    • T’en fais pas Chamatou, comme dit Wagram on aura laaaargement le temps de parler de tout ça un de ces jours ;) . Aujourd’hui il ne s’agit pas tant de débattre du contenu de cet ordre naturel, que d’accepter l’existence du contenant. Hum, pas très clair tout ça.

      Bref, on fait des blagues sur le Roi Lion quoi.

  • J’avais beaucoup aimé ce film à sa sortie et mes enfants l’ont vu au moins une bonne trentaine de fois en DVD…un film culte pour eux…
    Pour compléter vos dires et sourire un peu :
    « Même sur le plus beau trône du monde, on n’est jamais assis que sur son cul  » et c’est
    Monsieur Montaigne qui l’écrit.
    Alors oui, la terre ne tourne pas autour de l’homme et la vie suit ce qu’elle a à faire, qu’on soit là ou pas… Pour chacun d’entre nous, elle se terminera dans ce corps qui nous héberge, à un moment ou un autre. C’est inéluctable et peut être que d’y penser de temps en temps permet de savourer le bonheur d’être vivant dans cette épisode terrestre avant de retourner d’où notre essence-ciel est venue.
    En tout cas votre site est un vrai bonheur à découvrir : il dépoussière, donne un coup de pied aux fesses et c’est salutaire.
    MERCI

  • Génération Zazou !

    • Génération Rafiki !

    • @Djellaba Zazou = grosse victime

      @ Isabelle: Déjà, bravo d’avoir éduqué tes enfants avec des bases aussi solides ;) . Je suis assez d’accord avec toi, c’est la sagesse d’accepter la fin de l’existence qui nous permettra d’en tirer un maximum.
      Au passage, le site me dit qu’il te remercie pour le compliment !

  • Eh bien ! Je n’ai encore jamais vu le Roi lion (eh si ! ça existe des gens comme moi…), et là, ça fait vraiment envie.
    L’humilité est une vertu bien difficile : c’est un exercice de vérité sur soi, pour se mettre à la bonne place. Attention à ne pas sombrer dans ce qu’on appelle d’un mot trop savant, la pusillanimité, qui consiste à abandonner ce à quoi il serait pourtant légitime de prétendre. Un peu comme la parabole des talents : se mettre plus bas qu’on n’est en vérité, se dévaloriser complètement.
    Il faut donc être magnanime : embrasser l’horizon des grandes choses qu’on peut faire, à commencer par travailler à sa sainteté, tout en sachant qu’on n’y arrive que par la grâce de Dieu.
    Car, comme je dis toujours (mais attention, il faut s’accorcher) :
    L’orgueil est à la pusillanimité ce que la magnanimité est à l’humilité.

    Et on peut le dire dans tous les sens : « L’orgueil est à la magnanimité ce que l’humilité est à la pusillanimité, etc. !

    Allez, j’arrête de faire mon malin. Merci à l’auteur de ce blog bien sympathique !

    P. S. : L’identification entre la nature et Dieu me laisse songeur, mais aussi intéressé. À suivre ?

    • Je me pensais seule au monde, mais finalement on est deux à ne pas avoir vu le roi Lion.

      • @Rémi @Fini

        Je sais pas si vous avez le droit de commenter du coup…

      • Ben le souci, c’est qu’ils ont forcément loupé l’essence même de l’article.Ca pose problème pour débattre avec des arguments pertinents. Une décision s’impose…

        • Ouais, la je crois qu’il va falloir prendre un décision ferme…

    • Rémi, je réponds d’abord au P.S, car je crains de m’être mal exprimé : je ne suis pas en train de faire du panthéisme en disant « Dieu est partout, dans une fourmi, dans un sapin, un troll des forêts » etc… Je veux juste signifier que j’envisage la nature (dans son ensemble, « cycle de la vie compris ») comme une oeuvre de Dieu, la Création quoi. Donc je ne peux pas dissocier les deux.

      Ensuite, je suis scandalisé qu’on puisse ne pas avoir vu le roi lion. Vite sur allociné !

      Enfin, merci de m’avoir expliqué le sens d’un mot que j’ai toujours entendu mais ans vaient piger de quoi il s’agissait^^. Dans ton raisonnement il y a quelque chose qui me plait, c’est l’idée de descendre trop bas. Parce que ça veut dire qu’on a commencé à descendre, qu’on a entreprit cette démarche (même excessive) de faire de la recherche de sa juste place un chemin de vie. Déjà quand on en est arrivé là, on est pas loin d’être sauvé !

  • Fallait oser !

  • C’est vrai que quand je parle à mes amis qui ne croient pas, certains ne bloquent pas à cause dela probabilité de l’existence de Dieu, mais plutôt d’une déclaration d’indépendance dont ils sont hyper-fiers. « Toi tu es emprisonné là-dedans, mais moi je m’en suis libéré, je n’ai rien pour me contrôler ». Une sorte d’auto-idolâtrie en fait ^^. Surtout, ne viens pas leur dire qu’ils sont le produit d’une norme ou d’une loi naturelle. Ils SONT par l’immense pouvoir de leur propre volonté ^^.

  • Si l’apparition de Mufasa c’est pas un put*** de message biblique ! Rafiki, meilleur personnage dessin animé ever…

    • Dans le genre, « Il vit en toi » du Roi Lion 2 est pas mal non plus !

      Mais une vidéo en commentaire ? wtf x)

    • Il a intégré la vidéo en html. Malin ça. Je vais devoir légiférer sur l’ajout de vidéos, sinon on va se retrouver avec des caisses de sketchs du Palmashow…

      Au passage, oui ces deux passages sont assez solides dans le genre double-message !

  • Cela dit, je pense que tu vas encore te faire défoncer par filou…

    Je sais pas pourquoi, je sens qu’il aime pas Disney.

    • Globalisation, harmonisation des modes de pensée… Sa clémence dépendra du nombre de fautes d’orthographe dans l’article ;)

      • Je me demande quand même si je n’ai pas loupé quelque chose dans mon système éducatif.
        Aurais-je l’audace de tenter la réévangélisation de mon rejeton par ce biais ?
        Il faut dire à ma décharge que la collaboration étroite entre Mac Do et Disney pourrait être vue comme accélérateur du conflit intergénérationnel. On finit par vomir ces gadgets offerts dans les Joyeux Festins (Happy Meal version Québec). Je ne me souviens pas du nom du personnage qui manquait à sa collection… On n’a pas eu Scar ni les hyènes. Ils n’en faisaient peut-être pas partie.

        Bravo Rémi, quelque chose me dit que tu as lu cet article dans une ambiance de Carême orthographique. Courage, ici, il n’y a pas de Pâque de ce point de vue.
        Pour reprendre ton style, l’orthographe pourrait être à ce blog ce que la pénitence serait à la confession. Encore faudrait-il qu’il y ait confession. La génération zapping choisit d’emblée le Purgatoire pour tout le monde. On ne se pose pas de question, on plonge.

  • Allé, alléluia

  • Jéjé, du haut de mes 23 ans j’ai sûrement déjà un Alzheimer précoce lié à une trop grande consommation de Coca-Zéro. Mais toi, si jeune et si brillant, cette défaillance mémorielle m’intrigue. Pire, elle me perturbe. Car tu as déjà oublié la phrase précédent ta citation ;)

    « Même si je mets Dieu de côté, et que je parle simplement de « nature », la douche froide d’humilité est la même. La vie a un début et une fin, c’est la vérité ultime. »

    Ou alors tu cherches intentionnellement à e mettre en difficulté en tronquant les citations de mon article ? Raaaah Jéjé, qu’as-tu donc fait….

    :D

    • « je suis jeune OK, mais brillant ça reste à prouver »

      Parfait exemple de pusillanimité.

      Rappelons tout de même que le film s’est inspiré en grande partie du manga « Le Roi Léo » sans autorisation aucune.

      • Sur quel blog on retrouve le mot pusillanimité cité autant de fois dans les commentaires ? Rah la la le niveau de malade…

        Jesusdread, je suis pas adepte de là censure, mais on touche pas aux icônes. Fais gaffe aux discours diffamatoires, la prochaine fois je sévis (la vérité est accessoire, seule compte la préservation de mon enfance enchantée).

    • Parce que tu raisonnes en tant que catho, comme je le ferais sans cette petite précision. Evidemment dans le cadre de notre foi ça n’a pas de sens. La flatterie efface tout le reste, ne t’en fais pas ;)

  • Scar « s’en carre » me dit pas que c’est un jeu de mot ?

  • « La vie a un début et une fin, c’est la vérité ultime. Parfois je me demande si le malheur de notre société, ce n’est pas le refus de cet absolu »

    Et oui ! ping dans le mille : c’est la peur de la mort qui génère ce besoin frénétique de consommer toujours plus pour acquérir des biens nouveaux qui doivent effacer le souvenir de ceux qui ne nous interessent plus…

    En prendre conscience c’est déjà un début… s’en libérer complètement… c’est un autre niveau !

  • Attention au panthéisme.
    La nature est seulement la création de Dieu. La nature n’est pas Dieu et Dieu n’est pas la nature. Sinon, Dieu n’aurait pas dis à Adam et Eve qu’ils dominaient la création (notons que cette domination doit être respectueuse de la création, s’entend).

    • Ou qu’ils dominassent, le deux sont possible. Je suis encore en train d’hésiter pour savoir s’il s’agit d’un devoir ou d’un pouvoir.

  • Thnx for the treat! But yeah Thnkx for spending the time to talk about this

Laisser un commentaire

Avatar de Kto and the City

Bienvenue sur Kto and the city, blog catho décomplexé à l'humour décalé. Vivez les aventures d'un catho dans la ville, on décortique la Foi dans la joie, la bonne humeur et les vannes à pas cher. Mais surtout on assume à fond et on le vit bien.

 

Une supplique ? Une insulte ? Une lettre d'amour ? Contact : ktoblog@gmail.com Réponse dans l'année garantie !

  • Facebook

  • Rejoignez la newsletter !

  • Derniers articles

  • Commentaires récents

  • Kto and the City, l’appli android !

     

     

  • Catégories

  • Suivez KTO sur Twitter !

  • Tags