Aujourd’hui je vais vous parler de mon pote Jacques. Vous verrez pourquoi plus tard, pour le moment la question, c’est « qui est donc ce Jacques qui mérite tant d’honneurs ? ». Je vous épargnerai le traditionnel « Jacques c’est comme un frère pour moi ». C’est un gars bourré de qualités, normal c’est mon copain, mais elles sont contrebalancées par une quantité de défauts assez invraisemblable. Si je crée une échelle pour mesurer combien la vie de chacun fait avancer l’humanité, à mon avis je mets Jésus hors concours (question de respect) et JPII au top niveau à côté des Pères de l’Eglise. Nettement plus bas mais drôlement bien placés quand même, je fiche logiquement Matt Groening*, Tolkien et Kto and the City (plus de 550 000 fans à eux trois sur facebook). Et tout en bas, on retrouvera les scénaristes de Plus Belle La Vie, le mec qui a inventé le tofu… et Jacques. Ah ben oui. On parle quand même d’un bonhomme qui va taper la parlotte aux profs à la fin de tous les cours et fait une fixation sur le rap français des années 90, c’est du lourd. Mais ça j’aurais pu le tolérer. Simplement Jacques a commis un péché mortel à mes yeux, être né en région parisienne et supporter l’Olympique de Marseille…

 

 

Bon, vous allez me dire « nan mais sérieusement, tu nous as déjà joué le coup des intros dont on se tamponne, mais là on atteint un niveau de foutage de gueule sans précédent ». Du tout ! Parce que, je le précise pour Filou et ses potes allergiques à la magie du ballon rond (ovale ou assimilé), Marseille jouait un quart de finale de coupe d’Europe mercredi dernier. Et mon copain Jacques, il n’était pas devant sa télé.

 

Plusieurs semaines auparavant il m’avait envoyé un sms pour me dire que notre église organisait une conférence** sur « le mystère de la révélation », et qu’il serait chaud pour y aller avec moi. Autant vous dire qu’on s’est enflammé pour un paquet de trucs cette année, potentiellement on a assisté à une cinquantaine de conférences, quatre parcours de formation et aidé trente-six fois à installer la sono pour la messe. Mais concrètement, à part regarder le Canal Football Club chez un pote qui habite pas loin de l’église, on a pas fait grand chose. Alors quand le poto m’a appelé mercredi vers 20H30 pour me dire « Hey bonhomme, la conférence commence à 21H, on se retrouve où ? », c’est tout mon univers qui s’est écroulé. « Mais Jacques t’es un grand malade ! Y a Marseille qui joue contre le Bayern dans une demi heure, tu ne comptes pas louper le match quand même ! ». Vous savez pas ce qu’il me répond le bougre :

« Ecoute Clément, je crois que si on se trouve toujours des excuses on fait jamais rien, alors tant pis, cette conférence moi j’y vais ».  (Chuck Norris, sors de ce corps)

Jacques est donc allé à la conférence, et tout seul en plus parce que j’étais sous ma couette avec de la fièvre. Je vous ai souvent dit que c’était indispensable d’avoir des potes cathos pour avancer dans la foi, un truc non-négociable. C’est en partie à ce genre de coup de pompe dans le cul que je pense. Parce que si je suis honnête avec moi-même une seconde, je sais qu’à sa place je n’y serais jamais allé. Même sans le club fétiche, même sans la Champion’s League, jamais je me serais motivé pour aller à une conférence de théologie tout seul un soir de semaine. Plutôt regarder NCIS en solo devant ma télé avec un pot de glace Ben & Jerrys histoire d’atténuer la dépression. Alors je me suis senti un peu con.

 

 

Je tiens un blog catho, c’est quand même la moindre des choses que de me former un peu. Et puis c’est pas comme si j’étais une brute en théologie qui peut se permettre de vivre sur ses acquis, ça c’était bon pour mes bulletins de cinquième***. Je devrais être le premier à comprendre que quand on enferme sa foi dans des petites habitudes confortables, c’est qu’il est temps de choper un bon gros bâton et de se remettre sur la route, en question. S’arrêter et se dire « bon ben ici ça me va bien, le décor est pas trop dégueu, on va se poser là. En plus y a un p’tit lac, je vais pouvoir pêcher la truite et faire du patin en hiver», commencer à réfléchir à base de « ça suffit, j’en fait déjà largement assez en allant à la messe le dimanche », ça n’a pas de sens. Ou alors on devient un petit fonctionnaire de la religion, mais c’est bien loin de l’idée que je me fais de la foi catholique et de la découverte de Dieu. C’est indigne du Seigneur.

Evidemment je n’en suis pas encore là, mais c’est parce que sans s’en rendre compte, des gars comme Jacques me filent régulièrement des taquets derrière la tête. Parce qu’à mes yeux il a fait un effort de fou, que c’est le genre d’exemple qui me parle et que ça colle parfaitement à la vision que je me fais du Carême, je prends officiellement tout cela pour un message de Dieu et à mon avis je méditerai la leçon pendant encore un certain temps. En attendant ça me fait mal au cœur de le dire, mais je crois que pour la première fois de ma vie je peux dire merci à l’OM…

 

 

*Créateur des Simpsons. Non mais franchement…

**Etant étudiant en école de commerce je devrais dire « une conf », mais ça aussi je vous l’épargne

***On en a jamais parlé, faudra qu’on évoque mes brillantes études un de ces jours. Y a moyen de se marrer…

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

39 commentaires to “Révélation divine Vs Ben and Jerrys”

  • Après, passer du tout au tout n’est pas forcement plus profitable car, pour reprendre ton image du chemin, c’est comme partir en sprint alors que l’on n’a jamais fait, ne serais-ce que de la marche. Procéder par étapes pour tenir dans la durée est essentiel. On passe difficilement de: messe à Noël et à Pâques et c’est tout à: messe tous les jours et des heures de prière personnelle.
    Je partage ton analyse sur la nécessité de ne pas partir seul. Si je suis passé de l’étape peu pratiquante (juste les messes de noël et Pâques, les années bissextiles) à relativement pratiquante (tous les dimanches + la messe le jeudi matin à 7h30 durant le carême; avec petit dej’ nutella à l’aumonerie après quand meme) c’est grâce à mes ami(e)s, qui m’ont encouragée, soutenue, (obligée?)
    Vous connaissez surement cette phrase de la Bible:  » que 2 ou 3 se rassemblent en mon nom, et je serais au mileu d’eux ». Que 2 ou 3. On ne peut partir seul.

  • « Bref, je suis un lâcheur »

    • Bref, j’étais à l’agonie ! Presque.

      Fini, t’as énormément de chance d’avoir près de chez toi une aumônerie active qui propose ce genre de choses. C’est vraiment dans ce genre d’environnement qu’on passe des étapes petit à petit, naturellement et sans vraiment s’en rendre compte.

      C’est l’après qui devient plus délicat. On en parlera un de ces jours, puisque moi et mes potes nous sommes en plein dedans.

      • Je sais que j’ai énormément de chance. Et du coup, j’en profite à fond.

  • Un jour un prêtre m’a dit:

    « Si un jour dans ta vie, tu as l’impression d’avoir tout compris, d’avoir trouvé ton rythme de croisière dans ta Foi, c’est très bien. Cela montre que tu as mûri dans ta Foi. Mais ce jour là, remets toi en question et repars sur le Chemin. C’est le seul moyen d’être sur que tu n’es pas en train de chercher « quelque chose », mais bien de chercher « quelqu’un »… »

    • Le « quelqu’un » et pas le « quelque chose » me parle. Merci ^^
      (C’est vrai hein ! Pas d’ironie)

  • J’ai vraiment mis du temps à voir ou ton intro nous menait ! Pas que j’ai pas confiance en tes capacités à retomber sur tes pattes, hein. Mais j’ai flippé !

    • Homme/femme de peu de foi…

      Normalement je m’en sors toujours, mais parfois ça mets un peu de temps. Promis le prochain article je commence brut de décoffrage !

  • Pas mal ce p’tit article. Un peu d’humilité ne fait pas de mal quand on se croit déjà arrivé !

    Sagesse, sagesse, …

  • C’est une honte que tu traines dans ton lit ! Alors que tu as bien de la chance d’être dans une ville ou la communauté est active et organise des événements théologiques qui te permettent de te former à la Parole de Dieu ! (sans ironie)

    Enfant gâté de la Foi, va ^^ (avec ironie)

    • +1 !

      T’es vraiment un bel enfoiré !

    • Ouais bon, on va dire que c’était ma confession. Un peu d’indulgence quoi ! Wagram, je t’ai piqué ton playmobil préféré quand on était gamins c’est ça ?

  • Longtemps j’ai souffert de la solitude. Beaucoup d’entre vous parlent d’amis, d’aumônerie ou de personnes avec qui partager la foi, en discuter ou comme tu le dis « se prendre des coups de pompe dans le cul ». Quand on est tout seul, c’est pas simple d’avancer…

    Alors la question serait la suivante : les amis cathos, tu les trouve où ?

    • Ca se trouve à tous les coins de rue, il suffit d’oser dire à haute voix certaines choses, des choses simples, qui interpellent parce qu’on a tous tendance à se compliquer la vie à chercher des sous-entendus, des arrières pensées chez l’autre.
      Participer inopinément à une discussion, et y mettre un de ces grains de sel au goût d’Esprit Saint qui vous scotchent un quart de seconde dans le train des banalités quotidiennes. Genre « tain… Ca fait longtemps qu’il n’a pa plu, va falloir se mettre à prier ! » Oui je sais, ça peut paraître con comme ça, mais c’est comme tout : on accroche ou pas. Et il vaut mieux se dire que si ça n’accroche pas, c’est parce que là, y avait personne pour rebondir.
      Sinon, faut quand même essayer l’équipe paroissiale, une chorale, se rendre utile…

    • C’est facile. Il faut en parler. Je suis ainsi passée de 2 kto (dont moi) dans la classe à 6. Bien souvent, on ne sait pas si l’interlocuteur l’est.

    • Je valide la réponse de Filou. Moi mes potes cathos, soit je les ai croisé à l’aumônerie (ça peut être aux scouts, à la JOC etc…) soit ce sont des gens rencontrés à la fac, à l’école, avec qui je me suis découvert ce point commun parce que le sujet venait sur la table et que je n’avais pas peur de dire clairement où j’en étais.

    • Sinon sur les réseaux sociaux… De fil en aiguille, de connaissance en connaissance… On se crée un réseau, puis éventuellement des amis.
      Oui effectivement c’est un peu moderne comme façon de faire. On est pas encore tous habitué. Mais ça marche !
      Même KTO s’y met ! @KtoandtheCity (Twitter)

      ATTENTION : ce message contient du placement de produit.

  • Bon article, pas de souci. Mais je suis toujours un peu sceptique quant aux appels au communautarisme…

    • tu peux préciser, je te prie ?

    • C’est pas parceque t’as certains bons amis cathos que t’es obligé de vivre en ne parlant qu’avec des cathos !

      • Sans doute, sans doute, mais je vois pas le lien avec l’article

    • « appels au communautarisme ». Mesure un peu tes mots.

      J’ai rien contre toi personnellement mon gars mais arrête la moutarde, sérieux.

    • Marcc,

      Il n’y a aucun appel au communautarisme dans l’article de KTO ! Ni même d’encouragement  » à se créer un petit réseau de jeunes cathos autour d’eux »… C’est marqué où ? Pas dans le texte ! Je ne vois pas comment tu as pû interpréter ça à partir du texte… Dans les commentaires certains ont mentionné le fait qu’ils ne connaissaient pas d’autres cathos, qu’ils n’avaient pas d’amis catho… c’est un fait : il y en a de moins en moins en France ! Et il peut arriver qu’on se sente un peu seul… Dans les classes de mes enfants : ils sont 2 ou 3 maximum à aller au KT… et parfois il n’y en a qu’un seul (sur 25 ou 30 enfants en age de faire leur communion)

      Par contre, il y a dans le texte, un encouragement à ne pas s’enfermer dans une routine ! A se former, s’informer… en participant à une conférence par exemple… On n’a pas une attitude communautariste parce qu’on va à une conférence ! On peut même aller à une conférence pour s’informer sur un sujet auquel on n’adhère pas !

      Mais de toute façon, cela fait partie de ce que propose Jésus que de se retrouver en son nom et c’est ce qui justifie la messe, ou le culte chez les protestants… et cen’est pas du communautarisme que de pratiquer sa religion.

  • « C’est parce que sans s’en rendre compte, des gars comme Jacques me filent régulièrement des taquets derrière la tête. »
    Eh bien, ça, ça sent le gars qui regarde NCIS régulièrement, non ? On se prend pour Tony ? :-)

    Bon, ça veut dire aussi que j’en suis aussi un spectateur régulier.

    En tout cas, je suis heureux d’avoir découvert ce blog, grâce à Twitter. Le ton est agréable, le contenu aussi. J’y reviendrai !

    • Triple bonne nouvelle ! Un lecteur content qui reviendra, la réactivation de twitter qui sert à quelque chose et une série reconnue à sa juste valeur. Le commentaire de la semaine !

      A bientôt alors ;)

      • Yep ! _Kto and the city_ est désormais dans mes favoris. Je lirai vos posts régulièrement ! (et vos tweets)
        @RevigBreizh et @SteProvocation

  • Wagram et Kiwi : Oui il y a un lien. Encourager les jeunes cathos à se créer un petit réseau de jeunes cathos autour d’eux, moi je trouve ça gênant. Ca a un petit côté « qu’est ce qu’on est bien entre nous » qui ne me plait pas.

    • Il n’y a aucun appel au communautarisme ici, Kto et les autres répètent juste ce que le Christ nous a dis, de former un groupe unis, mais un groupe tourner vers le monde, puisque le but de l’Eglise n’est rien d’autre que l’évangélisation.

    • Alors la, excuse moi, mais je ne comprends pas comment on peut dire un truc pareil !

      Dire aux cathos de se trouver d’autres cathos pour aller à la messe et se motiver les uns les autres, c’est rester entre nous ? Mais comment on peut réfléchir comme ça ?!

      On répète à longueur de temps qu’un chrétien seul est un chrétien en danger (spirituellement parlant), et toi tu viens nous expliquer qu’il ne faut pas se trouver les uns les autres pour s’entraider parce que c’est du communautarisme ?!

      Ca c’est encore les cathos qui s’auto-flagellent pour rien histoire d’être sur de ne pas être montrer du doigt. Un musulman qui refuse de serrer la main d’un non-musulman, des étudiants juifs qui empêchent les autres étudiants d’accéder aux premiers rangs en médecine, un chrétien qui refuse d’assister à un mariage parce que l’un des mariés n’est pas baptisés, ça c’est du communautarisme.

      Inciter les gens à aller trouver des catholiques autour de chez eux pour s’épauler les uns les autres, c’est du bon sens.

      Franchement, n’importe quoi

    • Merci d’avoir fait parler Wagram un peu plus que d’habitude !
      Mais c’est tout hein, parce que côté argumentaire, tu te poses là… Alors, on récapitule, un Chrétien, ça témoigne. Et pour témoigner, même Paul était accompagné ! Par Barnabé, par Marc, et peut-être par Tite, je ne sais plus… Tu parles du christianisme comme un lycéen qui pratiquerait cette « activité » entre une compète de judo et un match de foot. Si on cherche à vivre sa religion, la moindre des choses et qu’on puisse de ressourcer autant que besoin, par la prière, par la lecture, et par la communauté. Il y a des ermites, mais je ne crois pas que c’était le sujet. On ne parlait pas non plus de couvent ni de maison communautaire, juste l’envie de se reconnaître et, pourquoi pas, de vivre des temps forts ensemble. C’est vrai que ton commentaire est lourd de sens. Il explique en partie la capitulation de notre société devant les défis spirituels d’aujourd’hui…

  • Salut Kto, tu as essayé les soirées Lyon centre?
    ça te fera vite oublier le foot, ne t’en fait pas. ;-)

    • Aucune chance.

      Mais alors aucune chance !

  • J’imagine que la définition de communautarisme contient une notion plutôt négative, non ? Genre un acte de repli sur soi et les siens et de rejet des autres « hors-communauté » ?

    Parce qu’il me semble qu’on vit tous en communauté, que c’est comme ça qu’on avance dans la société et dans la vie et qu’autrement on serait seul.

    J’ai l’impression que tout ce qui est communautariste est voué à l’échec puisqu’il est refermé sur lui-même. Une disparition naturelle. L’Eglise n’ayant pas disparu en 2000 ans… Syllogisme à compléter.

    • Je ne sais pas ce que tu as en ce moment, si t’as trouve une pierre lune pour evoluer ou quoi, mais t’es chaud bouillant ! (ecris de mon tel, format semi-sms completement assume).

  • Bonjour tout le monde! Je suis une lectrice fidèle mais qui n’intervient jamais, ce qui ne m’empêche pas de lire tous les commentaires de chaque article et de penser, à chaque fois que je finis un article: bravo KTO, et merci!

    Aujourd’hui, j’interviens dans les commentaires par rapport à ce qui a été lancé à propos du « communautarisme » et de la facilité de trouver des « amis cathos ». Je suppose que ceux qui trouvent facilement des jeunes cathos dans le cadre de leur école ou fac doivent habiter une grande ville, puisque ce n’est pas mon cas! Je suis étudiante en deuxième année de droit à la faculté de Reims et franchement ça court pas les rues les étudiants cathos ici! Oui, pourtant c’est Reims, la cathédrale et son histoire… Mais ça n’empêche que chaque jour, dans le cadre de la fac, je me heurte à une tribu de jeunes athées, voir anti-cléricaux pour beaucoup! Dans ma promo on est 260, on doit être 3 ou 4 cathos à tout casser et encore j’en connais qu’une parce qu’elle est à l’aumônerie (les 2 ou 3 autres c’est pour la statistique!); ou alors y’en a plus et ils le cachent vraiment bien; ce qui me laisse sceptique car quand on a la foi, on ne le garde pas pour soi!

    Alors, je peux vous assurer que quand je débarque le mercredi soir au rassemblement « YES YOUCAT » organisé par l’aumônerie, je suis bien contente de me retrouver entourée de cathos! Quand on entend tous les jours des aberrations aussi bien chez les profs que chez les étudiants concernant l’interprétation qu’ils font du droit à la vie, concernant les enjeux politiques et économiques nationaux et internationaux, la volonté de produire des lois totalement contraires à l’épanouissement de l’humanité, je peux vous assurer qu’on est content d’arriver dans un lieu où on entend parler de Jésus dans tous les petits groupes qui discutent et rigolent, content d’entendre des chants de louanges s’élever dans la pièce… Et c’est pas une volonté communautariste que d’avoir envie de se sentir entouré de personnes qui portent les mêmes idées que soi, c’est juste un besoin, une nécessité pour tenir le choc le reste de la semaine!

    Ensemble on est plus fort, c’est indéniable. Après, évidemment il ne faut pas s’encercler et laisser dehors tous les autres, sous prétexte qu’ils sont mécréants ou je ne sais quoi d’autre. De toute façon ce serait triste: si je m’encerclais, je serai seule face à moi-même à la fac et le sacrement de la confirmation que j’ai reçu l’an dernier n’aurait aucun sens!
    De plus, le contact avec les autres, ceux qui ne croient pas en Dieu du tout ou alors qui croient que la Bible c’est un conte merveilleux pour les êtres en recherche d’une assurance décès pas trop chère, ça apporte beaucoup aussi et ça n’empêche pas de témoigner, bien au contraire. Après c’est certain, il ne faut pas avoir peur du mépris, de l’ironie, de la moquerie. Mais Jésus a-t-il refuser le mépris des autres, a-t-il protester quand on lui a craché dessus?

    Je me refuse de penser que le besoin et l’envie de se retrouver entres cathos relèvent du communautarisme, mais je refuse de penser aussi que les autres, ceux qui sont différents, pas cathos, pas chrétiens, non croyants, ne nous apportent rien.

    • Bon ben ça y est, plus besoin d’écrire un article sur l’intérêt des réunions en aumônerie, tu viens de faire le boulot à ma place, et très bien en plus :D

      En revanche ta stat perso sur les 4/260 me parait assez dingue ! Y a des cathos moins convaincus que d’autre, certains se camouflent et les mecs qui nous aiment pas gueulent beaucoup plus fort,ok, mais quand même ! Il doit y en avoir d’autres j’imagine, faut les faire sortir de leur trou, éventuellement les enfumer…

      Quand tu dis « on ne la garde pas pour soit », je pense que tu es malheureusement un peu optimiste.

      • En même temps c’est Reims. C’est un peu comme Angers et Rennes, c’est de là que partent tous les mouvement étudiants les plus réactionnaires.
        Certes c’est une stat totalement arbitraire mais j’ose croire, à mon grand désespoir, qu’elle n’est pas loin de la vérité.

        Courage Ophélie, tu les trouveras ! Cherche des indices ! Suis les traces de pas jaunes par terre ! (obscure référence à la fac de Nanterre…)

  • Bonsoir,

    Ahah très bon article, en commençant à lire je ne savais pas où j’allais ^^
    Mais pas déçu d’être aller jusqu’au bout.

    De mon coté je suis dans une université privé (ICES) pour ceux qui ne connaissent pas c’est un « bastion » en vendée qui résiste encore et toujours à « l’envahisseur ». Une université où tous le monde il est beau tous le monde il est catho !! Et bien non !!! Je déjoue vos pronostics mais il y a pas autant de catho que ça et c’est aussi bien.
    Par exemple dans ma promo d’histoire on est 55 et bien on doit être 40 catho et 15 pratiquants. Oui je sais c’est beaucoup aujourd’hui ^^ mais c’est tout de même plus sympa d’être entouré de personne différente pour pouvoir témoigner de sa foi !!

    C’est comme les JmJ on prend des forces et on retourne témoigner de notre foi !! Et oui même si c’est dur on doit tout faire pour aller vers l’autre.
    Regardons les choses du bon coté il y a plein de gens avec qui discuter !!!
    Alors ceux qui sont pas motivé vous pouvez passer par facebook, ça marche très bien aussi !!! Quand à ceux qui préfèrent dialoguer en direct alors le porte à porte est fait pour vous ^^

    Aller bon courage à tous ;-) témoignez de votre foi ne la garder pas :-D

    Merci encore pour cet article KTO ;-)

    Bonne soirée à tous !!!

  • every time a comment is added I get 4 emails using the exact same comment.

Laisser un commentaire

Avatar de Kto and the City

Bienvenue sur Kto and the city, blog catho décomplexé à l'humour décalé. Vivez les aventures d'un catho dans la ville, on décortique la Foi dans la joie, la bonne humeur et les vannes à pas cher. Mais surtout on assume à fond et on le vit bien.

 

Une supplique ? Une insulte ? Une lettre d'amour ? Contact : ktoblog@gmail.com Réponse dans l'année garantie !

  • Facebook

  • Rejoignez la newsletter !

  • Derniers articles

  • Commentaires récents

  • Kto and the City, l’appli android !

     

     

  • Catégories

  • Suivez KTO sur Twitter !

  • Tags