Cet article n’était pas prévu, j’en avais déjà un tout prêt que je trouvais vachement trop chouette. Mais bon si je le poste maintenant et que je parle de l’actu la semaine prochaine, ben ce sera plus la même actu et donc plus d’actu. Alors soit, parlons des évènements de la semaine cette semaine, et du reste de la vie pendant le reste du temps.

En début de semaine, les chrétiens étaient des fous dangereux. Ces gros tarés manifestaient en priant devant un théâtre où une pièce subventionnée par l’Etat Français se termine par un grand lancer de merde (littéralement parlant) sur le visage de Jésus. Des grands malades ! Et vas-y que « l’obscurantisme a de beaux jours devant lui, et que les cathos font vraiment flipper à vivre dans leur monde parallèle». Les intégristes cathos sont vraiment terrifiants… Rappelez-vous, on ironisait déjà sur la question ici. Au passage je rappelle qu’en fait ces gens-là, des lefebvristes, ne font pas partie de l’Eglise Catholique. Mais on est pas à un amalgame prêt.

Et puis Boum Badaboum, le coup de tonnerre : la rédaction de Charlie Hebdo qui crame. Pourquoi ?  Pour cette une :

 

Alors là, top départ ! C’est la course aux faux-culs qui s’empressent d’annoncer qu’une minorité de timbrés ne doit pas jeter le discrédit sur l’ensemble des musulmans français etc… C’est marrant comme les Mère Térésa étaient moins nombreuses en début de semaine. Nous les cathos, pour le coup on est tous des enfoirés, mais passons.

Ce qui est génial dans l’histoire, c’est qu’on va avoir droit à de magnifiques raccourcis, de ceux qui feraient rêver n’importe quel joueur Mario Kart. J’en connais un paquet autour de moi qui vont mixer les deux affaires pour en tirer un argument massue et me répéter une millième fois : vous les « religieux », vous êtes décidemment tous pareils, que des emmerdeurs.

Alors que, soyons honnêtes deux secondes, comparer ces deux évènements serait tout simplement une escroquerie. Ne serait-ce que dans leurs conséquences ! C’est tout bête, mais le théâtre a-t-il brûlé ? Son site internet a-t-il été piraté ? Sa page Facebook pourrie par des centaines de messages haineux contre tout et n’importe quoi, voire les ascendantes d’un peu n’importe qui ? Un peu de sérieux quoi…

 

Et là vous me dites « ouais, d’accord, mais sur le fond c’est pareil, nan ? ». Ah, ben justement, ça me fait plaisir de m’auto-poser la question parce que c’est là que je voulais en venir (y a quand même des jours où c’est pratique de s’interroger soi-même). Non, ces deux affaires n’ont rien à voir sur le fond non plus. Pourquoi ? Tout simplement parce que dans les deux cas, les croyants demandent des choses différentes.

 

 

Dans l’affaire de la pièce de théâtre « Le concept du visage du fils de Dieu », un vieillard incontinent se soulage sur scène. Ses déjections sont ensuite envoyé sur un grand portait du Christ. A part chez les chimpanzés, il est communément admis que jeter de la merde au visage de quelqu’un est pour le moins humiliant. Pour tout français sain d’esprit c’est même particulièrement dégueulasse (c’est d’ailleurs à se demander comment le mec y a pensé. Tonton Freud s’éclaterait avec ce type).  On n’est pas dans le domaine de la règle religieuse, que la pièce soit sur Jésus, Lénine, Steve Jobs ou le Général de Gaulle, peu importe: l’humiliation est évidente pour tous et constatable par tous.

 

Dans l’affaire Mahomet et Charlie Hebdo, les musulmans qui ces derniers jours ont manifesté leur soutien aux auteurs de l’incendie ou leur satisfaction, soit sur les réseaux sociaux soit dans les médias (au journal de BFM TV hier soir par exemple) réclament autre chose. Les caricatures ne sont pas objectivement humiliantes, ne mettent pas Mahomet dans des positions lubriques et personne ne lui jette de caca à la figure. D’ailleurs les auteurs du crime n’en savaient rien puisque le journal n’était pas encore en kiosque ce soir-là, difficile donc d’en connaître le contenu. Mais sa représentation est interdite par l’islam, cadre satirique ou non. Et du coup, ça coince sévère. Comme le disait un homme interviewé à la sortie de la prière du vendredi dans le journal précité « Ok, la limite légale n’est pas franchie, mais dans l’islam elle l’est ». Les musulmans en pétard contre Charlie Hebdo manifestent donc contre un journal français qui ne respecte pas leurs règles religieuses.

 

Chacun tranchera comme il veut, selon sa propre conception de la liberté d’expression, de la laïcité ou que sais-je encore. Mais il est important de rappeler tout cela et je vous invite à faire la mise au point autour de vous si vous entendez des gens faire des concours d’énormités en mettant tout dans le même sac:

 

Dans ces deux affaires et pour les croyants concernés : Les musulmans qui soutiennent l’incendie de la rédaction de Charlie Hebdo demandent le respect d’une loi islamique. Les chrétiens qui manifestent devant ce théâtre demandent simplement du respect.

 

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

57 commentaires to “Pourquoi l’affaire du théâtre n’est pas l’affaire Charlie Hebdo”

  • Une laïcité agressive et méprisante ne peut aboutir qu’à du mépris et de l’agressivité de la part des croyants. Le jour où ils comprendront ça…

  • Bravo pour réussir à conceptualiser de manière très pertinente la différence entre les deux affaires! Je te pique tes arguments mais je n’oublierai pas le copyright!

    • Qui a lu un Charlie Hebdo récemment a put voir combien les chrétiens en prennent pour leur grade. Méchamment.
      Ca montre clairement la différence entre les deux démarches…

      • C’est une question de forme, mais les blessures sont du même ordre…
        De quoi parle-t-on ? S’agit-il simplement de conclure que les Chrétiens sont plus softs que les Musulmans ? Et d’en redemander à Charlie Hebdo ?

      • Je crois que la conclusion de Kto montre bien la différence de la démarche !

  • Je ne commente jamais. Mais là c’est très bon, très très bon.

  • Tu vas rigoler, je ne partage ps du tout ton analyse. Il y a quand même quelque chose de fondamental qui rapproche ces deux affaires, c’est la notion du sacré.
    Le metteur en scène a soutenu qu’aucun projectile n’atteignait le visage du Christ… Je l’ai entendu. Si le pur rejet de cette humiliation suprême (la pièce de théâtre) est classé réaction « intégriste » c’est parce que ce sont des Chrétiens et quelques Chrétiens seulement qui ont réagi. Avec des méthodes un peu « radicales » même s’il s’agissait principalement de prières avec quelques débordements. Ton argument ne tient pas même s’il part de la bonne foi qu’on te connaît : les athées n’ont sans doute pas bougé le petit doigt.
    Nos cultures ne sont pas les mêmes, nos modes d’expression ne sont pas les mêmes, mais le fond est le même, et la problématique est la même. Notre société libéralissime table sur une liberté d’expression qui permet à l’un des responsables de Charlie Hebdo de déclarer : Notre boulot, c’est de provoquer…
    Eh bien assume mon gars ! Il n’y a aucune obligation à provoquer, mais si tu le fais avec le dessein évident de faire sortir de leurs gonds des gens qui font bien plus d’efforts qu’on ne le croit pour s’intégrer, c’est à la limite du malsain. Tu prends des risques, on ne va pas en faire un fromage… Et puis il y a les assurances. Alors…

    Qui a décrété que pour tester le degré d’évolution d’une communauté, il fallait à tout prix titiller ses images, ses textes, ses références sacrées ?? Si c’est un signe d’évolution (douteuse) de notre putain de société pour nous, occidentaux, il faut quand même bien vous dire que c’est un signe de dégénérescence et de décadence grave qui en annonce le déclin imminent pour le reste du monde. On est loin de la paix entre les peuples !!
    Et puis, les 7 milliards d’humains que nous sommes désormais, c’est eux.
    Ce que j’accepterais plus volontiers, c’est qu’a la suite de mon commentaire tu opposes des communautés de supporters sportifs, de groupies, d’inconditionnels du jazz, à nos communautés religieuses ou nationales quelles qu’elles soient. Le sacré n’est pas le même pour tous. Celles qui paient ou ont payé de la vie de leurs membres leur existence même ont le droit d’avoir des réactions. Les individus les asumeront sans doute, et se plieront aux lois, mais on ne salira pas sans dégâts les communautés spirituelles.

    • On peut bien sur rapprocher ces deux affaires en disant que, dans les deux cas, on offense inutilement et gratuitement les croyants. Charlie Hebdo est naturellement un journal multi-récidiviste en la matière (cf. certaines couverture sur le Pape, ou Jésus qui sont proprement à vomir).

      Cependant, je trouve que l’article souligne bien une différence majeure: les catholiques demandent ici le respect d’une règle sociale, du bien vivre ensemble. Et qui concerne toute la société.

      Les musulmans ne peuvent imposer aux autres leurs interdits religieux. On peut, comme vous et moi, s’indigner que l’on mette les croyants mal à l’aise volontairement ainsi. Mais de la même manière qu’un musulman ne peut vous interdire de manger pendant le ramadan, il ne peut vous interdire de représenter celui qu’ils considèrent comme un prophète.

      Les deux affaires sont loin d’être similaires sur ce plan.

      • Désolé, les musulmans en l’occurence n’interdisent rien du tout, ils réagissent.
        On pourra parler d’interdiction quand ils seront au pouvoir (on n’en est pas là heureusement).
        Maintenant, s’ils faut des lois pour interdire de réagir, on se rapproche de la pensée unique. Paradoxe peut-être, mais quand on n’aura plus le droit de dire ce qu’on pense QUE dans un seul sens, celui la dérision et de l »humiliation, on aura tué la dignité humaine. Vive l’Occident !

        • Ils n’ont pas interdit ? Non, ils ont juste cramé ceux qui ne respectaient pas leur règle !

          • C’est bien ce que je dis.

  • Article clair et tout à fait vrai.

    A faire tourner.

  • Mise au point nécessaire !

    Carrément nécessaire !

  • Je suis tout à fait d’accord avec le dernier commentaire de Filou.

    Pour ma part les deux affaires ont au fond la même problématique. Si comme tu dis dans ta conclusion que les Chrétiens ne demandent que du respect je pense qu’il en est de même pour les Musulmans. Après je pense que ce qui est discutable est la manière dont ils l’ont demandé…

    • Désolé, mais je suis pas d’accord du tout.

      Comme l’a dit luc, l’indignation des croyants est le seul point commun dans cette affaire.

      L’interdiction de représenter mahomet est une règle religieuse. Pourquoi j’aurais à me plier aux règles islamiques ? On peut crâmer un journal parce qu’il ne s’y plie pas ?

      Et puis faut pas déconner: pour un dessin inoffensif ils ont brûlé un journal. Brûlé un journal putain, arrêtez de chercher des excuses partout putain ! C’est pas du tout les mêmes personnes dans les deux camps !

      • Mais qui te parle d’excuses ? Comprendre n’est pas forcément excuser.
        Et puis je pense aussi qu’il ne faut pas tout confondre ! Charlie Hebdo est-il un « journal » parce qu’il aligne grossièretés provocantes, humiliations et insultes sur des feuilles de papier ?
        Il t’informe de quoi au juste ?
        Quant à comparer les deux affaires du point de vue des dégâts « physiques », compte tenu de ce que je lis, je crains de comprendre par déduction parallèle que le juifs ont été PLUS « génocidés » que les Cambodgiens que les Arméniens ou que les Rwandais ! Au secours !

        • Ola. Comparons ce qui est comparable.

          On parle ici de la différence entre prier devant un théâtre et brûler le bâtiment. Elle me paraît évidente.

          • Il est plus reproché aux Cathos en question d’avoir été verser de l’huile (Ciel !) sur certaines personnes que d’avoir prié dans la rue. Tu vois que c’est allé BEAUCOUP plus loin qu’on ne le dit… Il y a dégradation de fringues !
            Faire des parallèles n’est pas nécessairement comparer. Prenez tous un peu de hauteur et voyez les grandes orientations plutôt que tout catégorier en évitant les rapprochements ou les recoupements.
            Notre intolérance à tous se manifeste à divers niveaux.
            On s’arroge le droit de tourner en dérision ce qui ne nous convient pas : 1er degré d’intolérance.
            On réagit à ces humiliations : 2ème degré d’intolérance.
            On réagit à ces réactions ; 3ème degré d’intolérance.
            Ca veut dire bien sûr que nous sommes « toniques » diraient les pédiatres, mais ça veut dire aussi que nous sommes incapables d’aimer gratuitement. Comme je le disais plus haut, on n’en est pas encore à la Paix entre les peuples …

          • filou a écrit « Il est plus reproché aux Cathos en question d’avoir été verser de l’huile (Ciel !) »

            Ils ont pas honte de balancer de l’huile alors que 5 jeune filles en cherche désespérément…
            (Pour ceux qui ne comprennent pas, lisez l’évangile d’aujourd’hui)

  • Je pense que tu n’as pas vu la pièce Kto ? Moi non plus, mais pour avoir beaucoup lu sur cette affaire (la faut du twitto @Amblonyx24 qui en parle H24), il y a beaucoup d’analyses différentes de cette pièce, et le sens n’en est pas aussi clair que tu sembles le dire. Une parmi d’autres : http://www.ndf.fr/poing-de-vue/29-10-2011/un-malentendu-epouvantable

    Ensuite les manifestants ne se sont pas contentés de prier devant le théâtre (ce qui me paraît une attitude correcte et même légitime) mais ont perturbé la représentation, sont montés sur scène en criant puis en réciant des Ave Maria (à la place de la Vierge je n’aurais pas su où me mettre. Il paraît aussi (mais je n’ai pas vu d’images) que certains ont je té des oeufs et de l’huile de vidange sur les spectateurs. Certes ils n’ont pas brûlé le théâtre, mais on peut pas dire que ce soit pacifique…

    Et pour finir, même si ça n’efface pas la blessure que ces œuvres ont pu vous causer, je pense que le Christ en a vu d’autres, qu’il a connu l’humiliation suprême pour nous, et qu’au fond tout cela est symbolique de la permanence du christianisme et de l’amour de Dieu, vous ne croyez pas ?

    • J’ai lu toutes les réactions qui parlent d’un « malentendu », d’une belle image, touchante et paternelle etc… Notamment l’article que tu évoques.
      Mais tu vois, moi cette tendance magnifique de salir les images religieuses pour je ne sais quelle recherche voulu artistique, tu me la vends pas quelque soit le but. Je suis sûr que le Piss Christ était pas un truc anti-chrétien et a dû toucher un paquet de gens…

      Concernant les « agressions », la comparaison est assez jubilatoire.

      Enfin, oui le Christ a connu cela. Et je pense que les réactions agressives sont à mille lieux de ce qu’il nous demanderait. Cela dit, ce n’est pas une raison pour se taire et ne pas montrer son indignation.

      • C’est une vision personnelle, mais pour moi Piss Christ est une symbolique de la glorification dans l’humiliation (belle image obtenue par des moyens indignes). Cette œuvre ne me choque pas.

        • Loin de vouloir me ranger du côté des orfraies, il faut quand même admettre qu’avant de chercher à discerner les esprits forts et détachés, il serait préférable de s’assurer d’une certaine cohésion dans la masse des Fidèles. Notre religion est censée nous tirer vers le haut. Ce n’est donc pas niveler par le bas que de procurer la nourriture spirituelle contenue dans les Écritures aussi brute de décoffrage soit-elle.
          L’interprétation que tu fais de cette « œuvre », comme tu le dis si bien est tout personnelle, voire partagée par une extrême minorité. Dans certains contextes, il vaut mieux accepter de s’auto-censurer, et ne divulguer ses sentiments que dans les cercles restreints de ceux qui savent discerner…

        • Rien que ça ?

          Bah putain…

          • Ça t’en bouche un coin hein ?

          • Complètement.

            Qu’on puisse retourner le truc dans tous les sens à ce point pour justifier une q’une image de Jésus baigne dans la pisse…

            Ca me dépasse.

          • C’est parce que tu ne connais pas assez Chamatou. Elle a… un je-ne-sais-quoi de particulier…

          • @Filou : traite-moi de folle tant que j’y suis :P

            Au début du christianisme,le symbole des chrétiens était le poisson, et non la croix. Pourquoi ? Parce que la croix était, outre un supplice effroyable, une terrible humiliation, généralement réservée aux esclaves et aux étrangers.
            Il a fallu une longue évolution (et attendre le Ve) pour que les chrétiens représentent le Christ sur une croix : l’humiliation du Sauveur était trop insupportable pour qu’on la figure. Puis peu à peu la crucifixion est devenue symbole du sacrifice suprême et de la gloire de Dieu.

            Aujourd’hui le symbole a perdu une grande partie de sa force. D’où des tentatives pour le réactualiser, avec par exemple le film [i]La Passion du Christ [/i] de Mel Gibson, et peut-être Piss Christ.
            Serrano dit que son œuvre, entre autres interprétations (cf l’article Wikipédia), rappelle « par quelle horreur le Christ est passé. »
            Oui la photo choque (comme des milliers avant elle) , c’est sans doute même plus ou moins le but, mais on est loin de l’anti-christianisme me semble-t-il.

            Enfin on dévie un peu, l’article de KTo parle moins d’interprétation des œuvres que de la réaction à adopter face aux « provocations »— encore faut-il les reconnaître…

    • Voir l’article » bref » où on en a parler et où j’ai posté pas mal de témoignages.
      J’en profite pour glisser cette tribune cosigné notamment par Thomas et Benjamin Pouzin (De Glorious) et par KOZ TOUJOURS.
      http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/11/04/le-symbole-du-christ-doit-etre-respecte-par-les-artistes_1599079_3232.html

  • Eh ben voilà !

    Des tas de personnes ont commenté tout ça, et y en a pas un seul pour dire les choses aussi simplement.

    C’est pas compliqué pourtant !

  • Article pertinent.

    Je fais partie de ceux qui pensent que ces deux affaires n’ont rien à voir, notamment pour la raison que vous évoquez: une demande universellement recevable d’un côté, une demande religieuse et donc subjective de l’autre.

    Rien n’oblige Charlie Hebdo, si détestable que soit ce journal, à prendre en compte des griefs religieux.

  • Bah, c’est pas comme si on avait pas l’habitude de s’en prendre plein la gueule pour pas un rond… Mais quoi qu’il en soit, rappelons-nous l’écriture :

    « Heureux serez-vous, lorsqu’on vous insultera, qu’on vous persécutera, et qu’on dira faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense est grande dans les cieux; car c’est ainsi qu’ils ont persécuté les prophètes qui ont été avant vous.  » (Mt 5,11)

  • Bravo pour l’article.

    Une chose tout de même, moi je suis pour qu’on ne balance pas d’excréments sur une représentation du Christ mais je penses qu’on ne doit pas non faire des caricatures de Mahomet, par simple respect pour la religion musulmane, et j’ai la constitution avec moi:

    ARTICLE PREMIER.

    La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.
    La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales.

    • j’ai foiré la mise en gras…

    • Hum, » respecter » a un sens extrêmement large et il n’est pas certain qu’il ait ici le sens que tu lui donnes… Un juriste pour nous éclairer ?

      • Pour moi le mot respect signifie ne pas offenser gratuitement.
        Après si un juriste peut nous éclairer, je suis pas contre.

        petite recherche vite fait sur google, la définition semble aller dans mon sens.

        Définition de respect

        Etymologie : du latin respectumus égard, considération.

        Le respect est le sentiment de considération, d’égard, voire de vénération que l’on peut avoir envers un individu ou quelque chose. Il se manifeste par une attitude de déférence et le souci de ne pas porter atteinte à l’objet du respect, ni le heurter inutilement. Le respect est une valeur plus profonde que la simple politesse, car il est débarrassé de toute hypocrisie.

        Le respect mutuel constitue l’un des fondements de la paix sociale et des relations interpersonnelles.
        Le respect suppose une compréhension et un partage des valeurs d’une personne ou d’une idée. La tolérance, quant à elle, sous-entend le fait de supporter quelqu’un ou quelque chose indépendamment de l’opinion ou du jugement qui lui est porté. On peut haïr ce que l’on tolère.

        • Bravo !

  • Tout ce que vous dites se tient. J’aime bien l’article, mais je comprends qu’on puisse citer le Christ en exemple pour « tendre l’autre joue ».

    Cela dit, je me pose une question en tant que parisien (pas de jeu de mot foireux sur les pharisiens, svp).

    Le jour du Jugement, que repondrai-je lorsque Dieu me demandera dans les yeux:

    « J’ai été humilié dans ta propre ville, et toi qu’as-tu fais pour me défendre ? »

    • SI JAMAIS il te pose cette question, barre-toi, ce n’est pas Dieu.
      Quand bien même ce serait lui, tu répondras sans aucun doute que tu as prié, que tu as réfléchi et que tu t’es enrichi de cette expérience malheureuse. Tu lui demanderas pardon, parce qu’ »ils ne savent pas ce qu’ils font ».

      • Alors la, je vois vraiment pas pourquoi Dieu ne poserait pas la question !

        Il est pas assez haut placé pour demander des comptes ? ;p

        • Parce que, d’après ce qu’on nous apprend à l’école, Dieu n’attend pas de nous qu’on Le « défende ». Il est assez puissant comme ça. En revanche Il nous responsabilise à sa manière et Jésus demande à Pierre : « m’aimes-tu ? » comme Il lui annonce qu’ »avant le chant du coq il L’aura renié 3 fois »…
          S’il attendait qu’on le défende, il a de quoi être déçu depuis des siècles. Et spécialement vis à vis de Charlie Hebdo ces dernières années.
          Si ça se trouve ce sont des Chrétiens inquiets du Jugement Dernier et particulièrement vicieux qui ont fait cramer les locaux pour se venger d’une insulte passée. Et paf, ça coïncide avec Charia Hebdo.
          Pas de chance pour les musulmans…

    • « Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles, le Fils de l’homme aura honte de lui, quand il viendra dans sa gloire, et dans celle du Père et des saints anges »

      Luc 9; 25

      Ceux qui ont peur de se lever et d’annoncer la grandeur de Dieu de peur d’être montrés du doigt ont honte de Lui.

      • En l’occurrence les manifestants n’ont pas montré grand-chose de la grandeur de Dieu, plutôt au mieux de la fougue de la jeunesse (dixit une vingtenaire :) )au pire de la petitesse humaine.

        • Moi aussi je suis d’accord pour affirmer qu’ils n’ont pas franchement montré la grandeur de Dieu. On peut pas dire ne fait rien a ton prochain que tu ne voudrais qu’on te fasse et balancer de l’huile. Je pense qu’il y a peu de monde auquel cela ferait plaisir. Prier devant pour indiquer son désaccord, ok mais porter atteinte a la dignité des personnes, en l’occurrence les spectateurs, non!

        • Ceux qui ont pris de leur temps pour aller passer une soirée à prier Dieu pacifiquement devant un théâtre ce soir là, ceux-ci ont été bien plus dignes de l’amour du Christ que ceux qui sont restés chez eux ou se sont tus en lorsque le sujet était abordé en public.

          • Vraiment, je ne me permettrais pas de dire ce qui est ou non digne de l’amour du Christ.
            Parlons de ce que nous connaissons vraiment et éventuellement de ce que nous pensons ou croyons devoir à Dieu, mais arrêtons ces jugements de valeur comparatifs.
            C’est petit, et ça ne nous valorise pas, mais alors vraiment pas !

          • +1 avec filou !

          • En effet et il me semble aussi qu’aucun de nous n’est digne de l’amour du Christ mais que cela ne l’empêche pas de nous aimer.

  • Dixit filou qui parlait à la place de Dieu 5 posts plus haut.

    Soit dit en passant, rien n’est inventé dans ce que dit Wagram. Jésus nous a bien demandé de témoigner pour lui. Donc ceux qui ne prennent pas la parole en public par peur du jugement des autres sont dans le faux.

    CQFD.

    • Celui qui me renie sur la terre, je le renierai devant mon Père qui est aux cieux.

    • Parce que vous pensez que ceux qui n’ont pas réagi l’ont fait par peur ?

      Il y avait toutes sortes de raisons : l’ignorance de ce qui se passait ; la volonté d’en savoir plus, de juger par soi-même ; la volonté de militer par d’autres moyens (discussion, médias, prière personnelle.

      Je rappelle que la prudence (non pas au sens d’éviter le danger, mais de chercher à discerner le bien moral et les moyens de le faire advenir) est une vertu cardinale, et la prudence ici consistait à réfléchir à pourquoi et comment agir au lieu de se jeter tête baissée dans la mêlée.

    • Pour changer de Wikipédia, un texte de Jean-Paul II sur la prudence : http://www.mariedenazareth.com/10979.0.html?&L=0

  • D’ou sans doute le fait de préciser « ceux qui ont peur d’être montré du doigt ».

    • Ouh là là ça ressemble de plus en plus à du pharisaïsme, ça. Vas-y que je te balance des citations/sanctions… On n’est pas loin de s’entre-lapider entre amis.
      Pour aller (presque) tous à la messe, vous savez que c’est bien ça qui est le plus difficile à commenter par les prêtres : les sanctions prononcées par Jésus, qui d’un côté nous engage à pardonner et à aimer, et qui par ailleurs nous laisse entrevoir une sévérité sans égale.
      Et pourquoi est-ce si difficile à commenter ? Parce que les prêtres connaissent mieux que nous les excès de l’Eglise d’un XIXème siècle qui, suivant la Révolution et profitant de la vacuité spirituelle et de la culpabilité de ses contemporains, a brandi les colères divines à en écoeurer jusqu’aux fifties des générations de pensionnaires, communiants et autres servants de messe. D’où notre situation d’aujourd’hui.
      Il est toujours délicat de montrer du doigt ceux qui blasphèment car le délit est souvent subjectif. Quant à prêter à son prochain des intentions ou des non-intentions de réagir au blasphème, on n’est pas loin de la délation pro-nazie… Le délire quoi !!
      Que celui qui n’a jamais pêché lui jette la première pierre…

  • J’ai comme l’impression que Filou et Chamatou marche ensemble sur ce coup !

    Vous devriez y penser plus souvent, vous faites un duo d’enfer !

  • [...] du Théâtre du Rond-Point, Jean-Michel Ribes avait fait donner il y a quelques mois la pièce Golgotha Picnic, où un bonhomme balançait des excréments sur un grand portrait du Christ. Eh bien figurez-vous [...]

Laisser un commentaire

Avatar de Kto and the City

Bienvenue sur Kto and the city, blog catho décomplexé à l'humour décalé. Vivez les aventures d'un catho dans la ville, on décortique la Foi dans la joie, la bonne humeur et les vannes à pas cher. Mais surtout on assume à fond et on le vit bien.

 

Une supplique ? Une insulte ? Une lettre d'amour ? Contact : ktoblog@gmail.com Réponse dans l'année garantie !

  • Facebook

  • Rejoignez la newsletter !

  • Derniers articles

  • Commentaires récents

  • Kto and the City, l’appli android !

     

     

  • Catégories

  • Suivez KTO sur Twitter !

  • Tags