D’habitude j’introduis mon propos avec des mises en scènes quasi-spielbergiennes (pas Tintin, Jurassic Park !). Situation initiale, héros mystérieux mais canon, héroïne casse-pieds mais canon, péripéties, dénouement en apothéose lors d’un final apocalyptique. Des blockbusters quoi. Avatar en 2D. Bref, je me casse la tête.
Mais pas de ça aujourd’hui. Manque d’inspiration, grosse flemme, démission de Berlusconi, mettez ça sur le compte de ce qui vous semble le plus crédible, en tous les cas on attaque direct avec cette question qui revient souvent : « Les prêtres sont-ils déconnectés de la réalité ? ».

 

 

En fait on la pose jamais vraiment en ces termes, on vise les prêtres mais on dit « l’Eglise ». En m’excluant de facto de ma propre communauté puisque les laïcs font autant partie de l’Eglise que le clergé aux dernières nouvelles, mais passons. Cette interrogation s’accompagne souvent de réflexions originales du genre « ouais, les curés nous disent comment vivre alors qu’ils connaissent rien de notre vie » ou encore « L’Eglise est enfermée dans sa tour d’ivoire, ils sont à des années lumières de la société ».

J’avoue que je trouve ça bizarre. On dirait que dans l’esprit des gens, les prêtres apparaissent pour dire la messe et quand c’est fini, pouf ! Comme si Dieu les récupérait ensuite jusqu’à la semaine suivante et qu’en attendant il les gardait dans des petits bocaux ou les stockait dans une dimension parallèle. Pourtant les prêtres vivent dans le même monde que nous, non ?

 

Quand ils allument la télé ils tombent sur les mêmes 20h, les mêmes séries télé. Vous croyez vraiment qu’ils se contentent de SoeurThérèse.com ? Non ils sont comme nous, ils s’en balancent et zappent sur Mafiosa. Faut arrêter de croire que quand le prêtre fait ses courses il cherche des osties discount et des crucifix en taille 42. Nan nan, il arrive à la caisse avec son paquet de pâtes leader price et sa boîte de calgon avec la petite bille rouge qui change tout même si personne sait vraiment à quoi elle sert, posé entre la ménagère de moins de 50 ans, le jeune cadre dynamique et autres personnes de la « vie réelle ».

Je ne crois pas que les trois prêtres que j’ai en ami sur facebook surfent sur une version remasterisée des réseaux sociaux, une sorte de contrôle parental pour le clergé. Eux aussi ils ont droit aux petits génies de 15 ans qui rejoignent des groupes débiles comme « se biturer la tronche pour passer son brevet ».

Pour les moins convaincus, devinez-quoi ? On ne naît pas prêtre, on le devient. Celui de mon aumônerie est sorti de l’EDHEC il y a quelques années. Qu’est-ce que j’ai à lui apprendre ? Comme moi il a eu ses années collèges, comme moi il a connu le lycée, comme moi il a fait une école de commerce. En gros, tout ce que j’ai vécu jusqu’à maintenant il l’a vécu aussi. Et il serait déconnecté de sa propre vie ? Drôle de concept.

 

 

Je vais même aller plus loin (attention, ça va piquer…) : je pense que les prêtres sont souvent bien plus au fait de la réalité que la plupart d’entre nous (j’avais prévenu !).

 

D’abord parce qu’ils côtoient des gens de millieux bien plus variés que toi, plus moi, plus nous, plus tous ceux qui le veulent. Quand tu regardes d’un peu plus près leur quotidien, ils croisent autant de versaillais à mèche que d’ouvriers qui galèrent dans des banlieues crades. Un prêtre va aussi bien donner l’eucharistie à des mamies qui ne peuvent plus se déplacer à la messe qu’au cathé rencontrer des gamins qui ont déjà tout compris à la vie. Qui peut en dire autant ? Pas masse de gens je crois…

 

Parce qu’un prêtre change de paroisse tous les 3 ans, tous les 6 ans au pire. Dans sa « carrière » il en voit défiler des quartiers et des régions. Moi qui ai quitté mon Île de France adorée début septembre pour arriver dans un 69 où les gens s’appellent « Pelo » entre eux, je peux vous garantir que je découvre un autre monde. Du jour au lendemain les prêtres peuvent passer d’une petite ville confortable du 92 à Lion-sur-Mer et son cinéma ouvert deux mois par an. Des réalités, ils en vivent plutôt beaucoup pour des planqués*…

 

Enfin, parce qu’allez savoir pourquoi, depuis toujours les gens se confient aux prêtres, et pas seulement lors de la confession. Famille, travail, à force d’écouter des mecs leur raconter ce qu’ils ne disent à personne d’autre, vous croyez-vraiment que nos curés peuvent avancer avec des œillères ? Spectateurs privilégiés de notre société plutôt…

 

Voià pourquoi penser que les prêtres ne font pas partie de la « vie normale » me parait être complètement à côté de la plaque. Et pourtant même dans l’Eglise nous sommes beaucoup à commettre cette erreur, à les mettre systématiquement dans une case à part. C’est souvent une manière de ne pas réfléchir au chemin de vie qu’ils nous proposent, ils ont les même informations que nous, sont-ils obligés d’en tirer les mêmes conclusions ?

Alors pour toutes ces raisons de bon sens la prochaine fois que vous avez un choix à faire, au lieu de vous pointer sur doctissimo ou d’aller chercher des réponses chez Sophie Davant, allez faire un tour au Saint-Quelquechose le plus proche de chez vous. Non seulement ça vous fera prendre l’air, mais ça risque fort d’être un peu plus pertinent…

 

 

*Dédicace au Père Etienne, parti dans les favelas de Rio depuis plusieurs mois.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

51 commentaires to “Les prêtres sont-ils déconnectés de la réalité ?”

  • J’ai envie de dire, qu’est ce que tu en sais? Tu es prêtre ?

    • A force d’en rencontrer je finis par avoir un socle solide tu sais.
      Et puis vivre 24/24 dans une paroisse avec des grands prêtres pendant plusieurs mois me donne une certaine légitimité de ton point de vue j’imagine ;)

    • J’espère que c’est une blague ? La réponse à 100 balles qui ferme la porte à tout. Si on devait être prof pour parler des profs, maçon pour parler des maçons, la terre serait striée de chemins parallèles. Y aurait plus qu’à découper suivant les pointillés et à chacun sa tranche de planète.
      KTO prend la défense des prêtres en général et il a raison. J’étais chez des amis divorcés et remariés à Nantes hier soir, et ils me parlaient de leur épreuve. Exclus de la Communion, ils partagent leur cheminement avec d’autres, en groupes de prière, et ils le vivent pas trop mal quand même. Leur relation avec les différents prêtres de la communauté paroissiale voire diocésaine est liée à l’écoute et à la perception très pointue de leur souffrance par ces hommes de Dieu. Liés par le sacrement du mariage qu’on ne peut défaire n’importe comment, ils trouvent chez le prêtre une grande compréhension souvent associée à une grande souplesse d’esprit.

    • @Marin: C’est quoi cette réflexion à la con ? Tu peux préciser ta pensée ?

  • Je n’avais pas moi-même pensé à tout çà… et je ne te donne pas tord : en te lisant, j’ai eu l’impression de revivre une de mes journées ordinaires, mis des visages sur certaines rencontres (et donc on est loin d’un quelconque point de vue imaginaire). Comme quoi il n’est pas besoin d’être prêtre pour connaître un peu de leur vie… Merci.

  • Excellent article. Très touchant.

    On a souvent tendance a mettre les prêtres à part, en oubliant qu’ils sont avant tout des hommes.

    Belle contribution que celle du P. François ci-dessus.

  • Quand j’entends (ou que je formule) des critiques contre l’Eglise, j’ai l’impression que l’on vise moins les prêtres que les cardinaux du Vatican.
    Peut-être parce que les gens que je fréquente, bien qu’athées/agnostiques, viennent pour la plupart de milieux catholiques et qu’ils connaissent tous un peu un prêtre, ne serait-ce que de vue.

    En revanche le Vatican (compris comme le pape et les cardinaux) est une cible idéale : ils sont « vieux » (nés à une autre époque et soupçonnés de ne rien comprendre au monde d’aujourd’hui) et vivent dans une mini-théocratie (« leur monde », « leur bulle »), voire dans « les ors du palais pontifical ». C’est évidemment caricatural, mais je crois que c’est assez partagé parmi les non-catholiques.

    J’ajouterai aux remarques très justes de Kto que les prêtres, qui sont avant tout des hommes, ne sont pas tous identiques entre eux. S’ils partagent tous une même foi et une même doctrine, ils ont des personnalités différentes, des priorités différentes, voire des idées différentes. Par exemple je sors tout juste d’une réunion de jeunes cathos où le prêtre présent nous a dit être persuadé qu’il y aurait des femmes prêtres d’ici 50 ans
    D’ailleurs, on peut remarquer que le clergé français est souvent plus « libéral » que son équivalent américain ou italien : preuve s’il en est que ce n’est pas parce qu’on est ordonné que votre cerveau est subitement lavé et connecté à la la volonté de Dieu en direct (autrement il n’y aurait pas de conciles).

    • D’accord avec ton commentaire, mais il faut malgré tout tenter, sinon de casser, au moins de ne pas alimenter ces arguties contre le Vatican. Il y a un héritage de 2000 ans, lourd à porter, et qui ne peut pas se limiter à une cahute perchée dans une montagne lointaine et inaccessible.
      Je vois d’ici les rapprochements avec un dalaï lama errant, exilé… En fait, rien à voir. Personne ne peut rattacher la problématique bouddhiste de l’histoire du monde occidental et du catholicisme.
      Je ne suis pas persuadé qu’il y aura des femmes prêtres d’ici 50 ans. Mais elles auront très probablement un rôle approchant, taillé sur mesure. Et quand bien même, l’Eglise ne sera pas chamboulée pour autant.
      Enfin, n’oublions pas qu’à part de très rares exceptions dans le passé, liées aux grandes familles italiennes notamment, tous les cardinaux ont suivi les étapes d’une hiérarchie en contact étroit avec les laïcs. Et qu’ils sont des hommes eux aussi, oui. S’il n’y a que le décorum pour faire parler les vipères, laissons-les faire. C’est faire grand cas de bien peu de chose…

    • « Quand j’entends (ou que je formule) des critiques contre l’Eglise, j’ai l’impression que l’on vise moins les prêtres que les cardinaux du Vatican. »

      Dans ce cas, il serait bien que vous ne disiez pas l’Église. Parce que l’Église, comme l’a rappelé KTO en début d’article, c’est moi, c’est lui, c’est filou, c’est les laïcs, les consacrés, les religieux et religieuses, les prêtres, les évêques (dont BXVI), tous membres d’une même famille, d’un même corps. Il faut comprendre que quelqu’un qui attaque l’Église m’attaque, nous attaque directement.

  • 100% d’accord avec toi KTO, pour fréquenter assez régulièrement des prêtre, je confirme qu’ils sont bien encrés dans la réalité.

  • Après personnelement je doute qu’il y est des femmes prètres dans 50 ans. Un place plus active peut etre mais pretre je doute.

    • Ce n’est pas le sujet, c’était juste un exemple de divergences possibles entre prêtres, gardons nos réflexions pour un autre article.
      (j’avais mis une parenthèse précisant que ce n’était pas le sujet, je crois que Kto l’a supprimé ? ou c’est un bug ?)

      • Ca doit être un bug, KTO ne ferait jamais ça !

      • Hey ! J’ai rien fait !
        Je ne touche pas aux commentaires ;)

      • Ca doit être parce que je l’ai mis entre au lieu de parenthèses classiques. Pourtant j’ai cru voir que c’était sorti correctement.

        Bref, you get my point, that was not the point ;)

        • entre «  ». Apparemment ça a été pris pour du code :D

  • Je l’ai tellement entendu.. Maintenant je saurai vraiment quoi dire^^

    • Genre … tu vas apprendre l’article par coeur ? T’es un peu un lefevriste-ktoïste ?

  • bel article encore une fois, très pertinent et bien écrit. Il est vrai que la plupart des gens se font une idée bizarre sur les prêtres, un mélange de caricatures et de certitudes toutes faites. Quoi qu’il en soit, n’oublions jamais de prier pour nos prêtres. Que ferions-nous sans eux? Que Dieu, donc, les bénisse chaque jour qu’il fait !

  • Je ne sais plus qui évoquait les cardinaux etc… Mais avant de devenir cardinal à 70/60/50 ans au mieux, on est prêtres en paroisse pendant des décennies…

    • Bon de le rappeler en effet…

  • On est parfois les premiers à penser que les prêtres sont à 1000 lieux de nos soucis quand ils mettent en lumière ce que l’on ne veut pas entendre ! Très bon article Kto

  • Une petite pensée aussi pour ceux qui vont devenir pretre. Prions pour les vocations.

  • Attendez, ils ne vivent quand même pas une vie normale, seuls et sans famille !

    • La vie en famille n’est pas une vie « normale » pour tout le monde : célibataires endurcis, personnes âgées, personnes n’ayant pas de liens stables…
      En outre, les prêtres ont des liens familiaux et amicaux, ils ne sont pas si seuls ! (sauf exceptions bien sûrs).

  • Seigneur,
    envoyez-nous des prêtres.

    Seigneur,
    envoyez-nous de saints prêtres.

    S’il vous plaît Seigneur,
    envoyez-nous beaucoup de saints prêtres.

    • amen

  • Un jour, je taquinais bravement un ami prêtre pour le faire sortir de sa coquille: il est toujours amusant de faire sortir un prêtre de ses gonds. Ou plutôt de tenter: les tentatives s’avèrent généralement infructueuses.

    Je le titillais sur la question du mariage en lui disant: « C’est amusant d’entendre toujours les prêtres donner des conseils aux gens mariés. Après tout s’il y a bien une personne qui n’y connait rien c’est toi ! »

    Réponse:

    « C’est la poule qui pond l’oeuf pas toi. Mais de vous deux, lequel est le mieux placé pour savoir comment l’apprécier ? »

    Paf, dans ma gueule !

    • La poule c’est Eva, tu l’as aprréciée ?

  • Avouez que grâce à la Renaissance en Italie on a un Vatican du feu de Dieu !
    C’est la classe un peu, le Hollywood du catholicisme.
    Ils ont pas ça les protestants, et on les entend pas, sauf le cardinal de Canterbury de temps en temps…

    Effectivement cette période n’est pas très nette mais je suis persuadé que grâce à la prestance que ça donne, le Pape est plus entendu dans le monde … pour le meilleur et pour le pire.

    • Que je comprenne bien : tu es en train de dire que le pape est (un peu) écouté par ce qu’il a une belle collection de tableaux ? o_O

    • Moi je sais pas ce qu’il raconte (Un peu comme le commentaire avec EVA plus haut ou j’ai rien capté) mais le Vatican, c’est tellement la classe.

      La place Saint Pierre = Bouya !

      • Voilà, merci.

  • Je ne voudrais pas faire du mauvais esprit, mais mes parents ont accueilli hier un cousin de ma mère, prêtre d’une petite cinquantaine d’années, très sympa. Mais suite à une remarque de ma part (il parlait d’un de ses amis catholique théoriquement intransigeant mais dont l’épouse prend la pilule), la discussion est partie sur la contraception (brièvement, nous étions à table et mes parents me lançaient des regards assassins).J’ai manqué d’éclater de rire quand il a voulu m’expliquer la libido féminine (pour ceux qui l’ignorent, je suis une jeune femme).

    J’en suis certaine, ce prêtre n’est pas déconnecté de la réalité, malgré la brièveté de l’échange j’ai pu constater qu’il avait conscience que le monde n’était pas le catéchisme catholique et ne pouvait pas toujours l’être. Mais de toute évidence nos réalités ne coincident pas tout à fait…
    D’où peut-être l’intérêt des paroisses et des pères spi, susceptibles de mieux vous expliquer la religion que le premier religieux sur votre chemin.

    • En même temps, si ça avait été moi, tu aurais sûrement rigolé aussi. Et je suis HYPER connecté moi.

      • Certes, mais aurais-tu pris ce ce risque ? ;) Lui oui…

        Et c’était un tout, ce qu’il pensait de la contraception naturelle, de la contraception artificielle, du concept de genre (oui j’ai eu un bel aperçu en quelques minutes).
        Et ne me dites pas que c’est normal de penser différemment de moi quand on est chrétien (en bonne agnostique immergée dans l’individualisme et la consommation que je suis), je connais des catholiques fervents et un ou deux prêtres qui ont un point de vue similaire au mien sur ces questions.

  • C’est gentil de dire que les prêtres connaissent plein de trucs comme tout un chacun, voient tout ça, partagent la vie des Bourges de Versailles et les emmerdes des moins bien loti, vont acheter leur lessive à Leader, écoutent les problèmes sociaux, gèrent les ressourcent de la paroisse etc, etc… Mais car il y a un MAIS, connaissent-ils, pardon, vivent ils, et sont ils soumis au chômage, à des fins de mois avec une tartine seulement, les horaires de l’usine et les joies des transports aux heures de pointes etc … la vraie vie en somme, ils la voient, l’écoutent, prient pour elle et tutti quanti .Point.
    Je ne veux pas laisser croire que « les prêtres apparaissent pour dire la messe et quand c’est fini, pouf ! » mais ils sont à part (par leur célibat notamment !). Mais entre voir, connaitre, partager, prier,se scandaliser et assumer une vie de travail assujetti à un patron, à un propriétaire, à une banque, à des assurances, à une famille, il y a un gouffre que même certains prêtre au travail (les prêtres ouvriers)reconnaissent malgré tout.

    • C’est vrai que les prêtres ne sont pas particulièrement frappés par le chômage ; avis aux candidats, nombreux débouchés ! ;)

      Ce que tu dis se tient tout à fait
      Celadit, étant donné la diversité des situations professionnelles, familiales, personne ne peut de toute façon vivre tout vivre « de l’intérireur ». Allez établir les critères d’une vie « connectée », « normale »…

      • « personne ne peut de toute façon vivre tout vivre « de intérieur » » Bien entendu mais :assumer une vie de travail, être assujetti aux transports des heures de pointe, à un patron, à un propriétaire, à une banque, à des assurances, à une famille , cet ensemble me semble être la base commune à tous les citoyens sauf à une « classe de…. vais-je oser le dire sans m’attirer les foudres de toutes parts, oui pourquoi pas… privilégiés !

        • Et ils rentrent chez eux à pas d’heure, ils vivent chichement pour beaucoup d’entre eux, ils utilisent les transports en commun comme tout le monde, ils sont d’astreinte à chaque instant de leur vie. Ils se plient à des règles communautaires qui feraient râler plus d’un laïc, ils sont obligés de prêcher dans des églises quelques fois vides, ils écoutent et portent dans leur coeur toute la misère du monde, ont la charge de soutenir les espoirs de centaines d’humains COMME eux, ils visitent les prisons, les hôpitaux, les tranchées. ILS ONT FAIT VOEU de pauvreté et de châsteté. Ils se sont éloignés de leurs familles, de leurs parents, de leurs frères et soeurs. C’est leur choix, comme d’autres font celui de faire du saut à l’élastique pour se faire peur et faire peur à leurs proches.

  • Comme prêtre je voulais répondre à ce que dit Ichiban le 16.11 : c’est juste ! quand je bossais en entreprise j’avais la pression des objectifs commerciaux, la pression des factures à payer, d’un patron que j’avais pas choisi. J’étais content de mon boulot mais sous pression. Aujourd’hui je suis c’est vrai  » libéré  » de certaines contraintes….pas d’impot sur le revenu à payer…..pas de stress du chômage….mais pour moi c’est aussi une vraie responsabilité : je me dis tous les jours : est ce que tu es un prêtre qui se donne ? Est ce que tu donnes ta vie, Thierry ? J’essaye d’être hyper disponible jour ( et parfois nuit )…..de visiter les gens sans les choisir….de donner Dieu au quotidien
    J’essaye de vivre avec les gens et du coup cela m’aide à ne pas oublier pas les angoisses qu’on peut vivre comme père de famille ou mère ou célibataire

  • Il ne faudrait pas tomber non plus dans la caricature : l’Afrique est le poumon de l’Eglise comme l’Amazonie est le poumon de la Terre…
    Mais quand même, avec des schémas simples et pas toujours faux, on arrive facilement à se dire que l’Europe a perdu Dieu, à cause de la prépondérance du matérialisme, lié à la consommation, lié à l’industrialisation…
    Et tu poses la question juste : comment se comporterait l’Eglise africaine face à l’industrialisation ? Espérons que la contraction de tous les délais et de toutes les échances qui mènent le Monde laissera quand même un peu de temps au temps et permettra aux prêtres africains d’apporter leur pierre à l’Edifice de la Nouvelle Evangélisation et peut-être d’éviter à l’Afrique de sombrer dans le marasme spirituel dans lequel s’est plongé le monde occidental.

  • Je voudrais pas avoir l’air de buter sur un détail, mais fichtre, je croyais que c’était les stéphanois qui disaient « pelo », et que c’était venu à Lyon après (ce qui aurait été un peu contrariant, se faire déborder par les stéphanois).
    Merci pour ma culture G!

  • [...] un paquet d’articles sur les prêtres. Sur leur salaire, la question du célibat, celle de leur prétendu décalage avec la réalité, tout ça nous en avons beaucoup parlé car c’est un sujet qui me tient particulièrement à [...]

  • Merci pour le guide, j’aime votre message

  • It happens to be deemed almost all poisons will be adversely charged, together with the toes detox says he will job simply by building a great command if ft . usually are involved with it inside a waterfilled throwaway container with iodized marine (bench seashore).

  • 精密 ブログの誰 であるからです模索する外検索する} {見つけてください。あなた理解 そんなにそのほぼ 排気(あなたと議論するために、その、私は本当にではないでしょう匟AHA)| 必要たいを。あなた間違いなく置く新しい トピック上のスピンが年間にについて書かれてthatsの。 グレートもの、ただ 素敵な!

  • omg nunca he comprobado, gracias por decírmelo! Voy a llegar hasta él lo antes posible

  • Amusant comme un tweet m’a conduit ici… Alors que, justement, entendant sonner le glas, je me disais que prêtre était bien une « profession » (je simplifie) unique qui côtoie et accompagne tous les âges et toutes les situations de la vie….
    A vous lire, j’ajouterais que, + qu’hier sans doute (avant-hier ?), les prêtres sont passés par une vie civile, professionnelle qui les rapprochent de leurs ouailles.
    Ce qui ne les empêche pas, comme nous tous, d’avoir leurs idées, leur conception du monde et d’être parfois un peu borné. Mais là-dessus…. ils nous ressemblent terriblement ;-)

  • […] **** Les prêtres sont-ils déconnectés de la réalité ? […]

  • Cool !
    Bien fait l’article !

    J’ai vécu 3 ans en coloc avec des prêtres et je réfléchissez justement à ce sujet ce matin, me demandant comment les personnes autour de nous peuvent juger aussi facilement et mettre à l’écart.

Laisser un commentaire

Avatar de Kto and the City

Bienvenue sur Kto and the city, blog catho décomplexé à l'humour décalé. Vivez les aventures d'un catho dans la ville, on décortique la Foi dans la joie, la bonne humeur et les vannes à pas cher. Mais surtout on assume à fond et on le vit bien.

 

Une supplique ? Une insulte ? Une lettre d'amour ? Contact : ktoblog@gmail.com Réponse dans l'année garantie !

  • Facebook

  • Rejoignez la newsletter !

  • Derniers articles

  • Commentaires récents

  • Kto and the City, l’appli android !

     

     

  • Catégories

  • Suivez KTO sur Twitter !

  • Tags