Nous avons déjà eu l’occasion de parler rapidement des JMJ sur ce blog. Mais franchement pas assez, et c’est complètement de ma faute.

Vous savez déjà que les JMJ c’est un truc de ouf, spirituellement et humainement parlant. Vous savez aussi qu’on y rencontre des jeunes venus du monde entier, du Tonga à la Thaïlande, de la Côte d’Ivoire au Chili en passant par la Lituanie (true story), c’est un peu le Ushuaïa Nature du catholicisme. En revanche, vous savez moins que ce qui se prépare à Madrid pour cet été changera à jamais votre vie si vous décidez de répondre à l’appel de l’Eglise et du Pape.

Comme une bonne histoire vaut toujours mieux qu’un long discours, et qu’après tout un blog c’est surtout fait pour raconter sa vie, j’ai décidé de lancer une série d’articles sur ces «moments JMJ» qui m’ont marqué 4ever (et sans qui je ne serais pas là ce soir, je voudrais aussi remercier mon producteur bla bla bla). Bienvenue dans ma construction catho perso, bienvenue dans mes  « instantanés JMJ ».

Sydney, Eté 2008,

 

Prenez un décor grandiose, au hasard la baie de l’Opéra de Sidney en milieu de soirée (sur ce blog, on fait les choses en grand). Vous rajoutez cinq ou six français un peu grisés de se retrouver au bout du monde, et vous avez là un joyeux groupe de gogols balayant le répertoire classique de la chanson française, de Mylène Farmer (« Tout est k-o-o-ooooo ») à Cadet-Roussel (qui a trois maisons, pour ceux qui l’ignorent. Elément capital de l’histoire*).
Parmi ces joyeux demeurés, il y avait donc moi (surprise !) et quatre autres personnes étonnamment douées pour le rôle, hurlant des paroles approximatives sur l’air des « Champs Elysées » sous l’œil admiratif des badauds, éblouis par la justesse de nos vocalises (prend ça Joe Dassin). Vous voyez le tableau ?

 

Autant vous dire qu’on avait pas forcément la tête à la louange, ni à quoi que ce soit qui ressemble de près ou de loin à une adoration, une confession et autres éléments assimilés. Même pendant les JMJ, tu peux pas être focalisé 24/24 sur la prière, faut savoir se fixer des temps de récupération, tous les grands sportifs vous le diront ! Alors on récupérait, et avec une application quasi-professionnelle.

Mais dans la vie, il existe un principe fondamental : si vous ignorez où vous allez, Dieu sait toujours où il vous emmène. C’est ce qui fait la différence entre lui et vous (ça et 2-3 petits détails annexes, genre toute puissance, création du monde, tout ça…).

A force de nous diriger un peu n’importe où, nous arrivons au pied de l’Opéra et tombons nez à nez avec une toute petite dame, mais du genre vraiment minuscule (à peine plus grande que Jiminy Criquet), qui nous interpelle dans un anglais approximatif. Je vous traduis l’échange à la virgule près :

«Oh, mes charmants enfant, de quelle joie de vivre vous faites la démonstration, cela me réchauffe le cœur ».

« Comme vous êtes aimable, brave petite madame liliputienne, nous sommes en concert 1 samedi soir sur 2 à la salle polyvalente de Villeneuve-La-Garenne. Venez donc nous y applaudir ! »

« Je vois à vos visages angéliques que vous avez un bon fond, pourquoi n’entreriez-vous pas un instant pour vous réjouir avec nous ? »

Stop.
Déjà, c’est qui ce « nous » ? Direct elle ramène ses copines dans l’histoire, ça sent le plan bizarre. Pour information, et cela peut avoir son importance dans le contexte, la gentille petite dame était à peu près sapée comme ça (ça aurait dû nous alerter…) :

 

Et la voilà qui nous emmène à l’intérieur de l’Opéra de Sidney, à vrai dire sur le coup, on la suit plus pour lui faire plaisir et « jeter un coup d’oeil vite fait » que pour nous éterniser. Nous pénétrons dans un corridor bondé, et arrivons finalement dans une grande salle complètement plongée dans la pénombre. C’est là que le piège se transforme en gros traquenard : une partie de l’Opéra de Sydney avait en fait été prêté aux sœurs de la charité (celles de Mère Teresa) pour y organiser des veillées de prière.

La salle avait donc été aménagée en oratoire où les fidèles (nombreux) venaient s’agenouiller pour l’Adoration : Formation 4-4-2 classique avec le Saint Sacrement à la pointe de l’attaque, histoire de retrouver les fondamentaux. Deux étages pour que tous les supporters puissent s’installer en tribune, et des coussins partout pour qu’ils se sentent à leur aise. Bougies discrètes autour de la pièce et silence de cathédrale. Simple, grandiose.

 

On était pas vraiment en mode prière, et on s’est fait rameuter comme des bleus façon « touriste dans un resto à Saint Michel » (ou au Mont Saint Michel, ça marche aussi) dans la salle de prière la plus improbable de nos vies. Un changement d’ambiance radical façon douche écossaise qui vous transforme une bande de zoulous gueulards en adorateurs silencieux d’un claquement de doigt.
Je ne suis pas un grand fan des temps de silence. Vous savez le gamin qui balance ses jambes à la messe ? Qui fait des bruits avec sa bouche et qui finit par ramper par terre ? Ce gamin c’est moi, sauf que j’ai 22 ans. Ce soir-là, je suis resté une heure dans l’oratoire de l’Opéra…

Au quotidien ça va trop vite, on se fait tous la réflexion. On termine à peine son bol de smacks choco-trésor qu’il est déjà l’heure de regarder Les Experts, voire d’aller au lit. Et puis il y a des instants comme celui-là, où le tourbillon s’arrête, où l’on sort du superficiel pour toucher du doigt l’essentiel. Dieu. C’est ce que j’ai ressenti ce soir-là grâce à l’invitation de Jiminy Criquet.

 

Quand je vous dit qu’on vit des moments pas banals aux JMJ : Une veillée de prière avec les sœurs de Mère Térésa dans l’Opéra de Sydney à l’autre bout du monde, c’est autre chose que le RER A du lundi matin. Lorsque tu sors d’un truc pareil, tu prends un sacré coup sur la gueule, tu vois les choses sous un angle un peu différent. Et bizarrement tu ne chantes plus Cadet-Roussel (vous ai-je déjà dit qu’il avait trois maisons ?), parce que tu as de quoi réfléchir pour les trois prochaines semaines. C’est ça un moment JMJ.

 

Venez à Madrid cet été.

 

 

 

*Pas du tout.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

24 commentaires to “Mes instantanés JMJ N°1”

  • Tu vois j’hésite vraiment, en même temps l’article me donne trop envie, mais j’ai un stage normalement à ce moment là.

    C’est de quand à quand précisement ?

    • Du 16 au 21 août à Madrid, sachant que les diocèses organisent des « routes » avant qui durent 4/5 jours, mais tu n’es pas obligé d’y aller !

      Pour les infos, demande à ton diocèse car c’est lui qui organise tout. Si c’est le 75 tu devrais pas trop avoir de souci !

  • « Je ne suis pas un grand fan des temps de silence. Vous savez le gamin qui balance ses jambes à la messe ? Qui fait des bruits avec sa bouche et qui finit par ramper par terre ? Ce gamin c’est moi, sauf que j’ai 22 ans. »

    Tsss, arrête de jouer les faux modestes pour rameuter les débutants, je t’ai vu prier Mr.Kto ;)

    • Prier oui, évidemment ! Mais les temps de silence de plus de dix minutes, tu m’y trouveras rarement ! C’est en partie la raison pour laquelle je ne vais jamais à Taizé.
      Mais je travaille cette faiblesse ;)

    • Je ne l’ai jamais vu prier pour ma part. De plus, la première fois que je l’ai vu, il avait plutôt la tronche du sale gamin en baggy qui était à la messe d’aumônerie pour faire plaisir à Papa Maman, bavardant et rigolant sans arrêt avec les potes, prêt à déc… Comme quoi ça peut changer, un gamin.

    • Comment Filou brisa ma crédibilité et fit s’effondrer l’audience de mon blog…

      Cela dit, je confesse l’existence (régulière) de cette scène si décevante.

  • OMG !!!

    T’ai-je déjà raconté l’histoire des médailles qu’on avait eu à cette veillée que je n’ai retrouvé qu’une fois arrivée en France, des mois plus tard ? Comme si, Jiminy Criquet les avait remises dans ma poche 3 mois après…

    Merci pour cet article qui vient à point nommé en ce temps de carême bien loin du 124 & de mon JMJ crew ;-)

  • Je faisais partie de « ces joyeux demeurés » et je tiens à corriger tout ca parce que tu as tout oublié de l’histoire!

    Alors certes nous chantions aux champs elysées, certes une petite dame est sortie de nul part, mais il a oublié de dire que c’est parce qu’on était aux JMJ qu’on est rentré (et aussi accessoirement parce que c’était dans l’opéra de sydney) enfin tout cela pour dire qu’on a pas vraiment l’habitude, surtout moi, de suivre des gens comme ça dans la rue même si ce sont des soeurs inoffensives en apparence !
    Enfin bref, parce que c’était l’esprit JMJ, on est entré.

    Une fois dedans, l’ambiance était tamisée, et il y avait un groupe de jeunes qui jouaient et chantaient des chansons ( juste trop trop bien, d’ailleurs on a tout fait pour retrouver ces fameuses chansons … impossible. ) et puis surtout il y avait plein de gens de toutes nationalités, de tous milieux, et bah naturellement tu t’installais à côté d’eux et toi qui deux minutes avant était plus en ambiance  » discothèque », la musique + l’ambiance tu te mets le plus naturellement du monde à prier… et puis une prière profonde.

    Et pour être honnête c’était la meilleure prière de toute ma vie ( avec deux autres à Lourdes et a taizé)
    Nous sommes passés d’un moment euphoricopueril à un moment magique, juste hors du temps. En ressortant que ce soit le dreadloqueux, la future avocate, le drageur, la fille qui rit à gorge déployée, notre cher créateur du blog ou moi, l’associal bah on était complètement chamboulé.
    On a tous vécus la même chose … on devaient le vivre. C’est ça un moment JMJ.

  • Nathalie, mon amour des JMJ….

    tu devrais mettre cette vidéo sur le blog pour motiver les gens. La fin est ouf.

    http://www.youtube.com/watch?v=iwoEU2uVDfw

    • :’)

  • J’ai un peu l’impression que the U déteint sur toi …
    Prends ça le pressing.

  • Comment ça se passe pour tout ce qui est inscription ? C’est fini ?
    Sidney je pouvais pas (trop cher), là j’aimerais vraiment y aller !

  • Pour les avoir fait une fois, je confirme : les JMJ c’est dément. Un mélange de rencontres, de fun et d’expériences spi qui rendent cet évènement inoubliable.

  • Ceux qui y vont ont vraiment de la chance…

    On sait où ce sera après Madrid ?

    • @Paloma : Chaque diocèse organise sa route, les inscriptions sont encore ouvertes ! Il suffit de checker sur internet, tu trouveras ça très vite.

      @Marcc : Je te suis complètement. Ce sont mes troisièmes et je ne raterai ça pour rien au monde. Ca fait vraiment partie des expériences qui comptent dans une vie…

      @Loutre : Normalement c’est hors Europe, après ce sera annoncé le dernier jour à la fin de la messe. Y avait des rumeurs sur Rio, Benoît m’a pas appelé pour confirmer encore.

      • J’ai entendu dire que le Costa Rica était candidat…

  • « San José 2015″

    Ca aurait de la gueule…

  • Faut pas se leurer, c’est le Qatar qui va gagner l’organisation…

  • Franchement en Espagne ca aura trop de gueule !

  • Merci pour ce partage, à vrai dire, membre de la Communauté de l’Emmanuel, et vivant à Perpignan( 500 kms de Madrid). Lucile ayant vécu 2 JMJ, je me posais la question d’ accompagner un bus de mineurs pour l’encadrement( oui par ce qu’à 55 ans les JMJ , je ne peux pas envisager d’y aller en qualité de participante) ce que je crains le plus c’est mon manque de patience face aux jeunes qui balancent les jambes à la messe et se roulent par terre. Ce discernement demande méditation : je vais Lui demander conseil….
    Regarder la vidéo est un grand moment d’émotion.
    A bientôt. Bon carême.

  • Un pauvre crie le Seigneur entend….
    Le Lundi 11/04 j’ai eu ma réponse pour savoir si c’était une bonne idée d’aller aux JMJ à Madrid:
    sitôt arrivée au bureau (où nous ne sommes que 2) ma collègue( séparée) me dit: Au fait cela ne te dérange pas que je prenne la 2 ème quinzaine d’aout au lieu de la première ? J’ai prévu quelque chose avec les enfants et leur père a changé de date de vacances…
    Adieu veaux, vaches, cochons, couvées …
    Puisque j’ai Foi en la Providence, je crois que le Seigneur a prévu autre chose pour moi.
    Bye

  • There’s some validity but I will take hold opinion until I appear into it further. Beneficial article

  • これは、本当に、おかげありがとう 欠点問題私に答えて!

Laisser un commentaire

Avatar de Kto and the City

Bienvenue sur Kto and the city, blog catho décomplexé à l'humour décalé. Vivez les aventures d'un catho dans la ville, on décortique la Foi dans la joie, la bonne humeur et les vannes à pas cher. Mais surtout on assume à fond et on le vit bien.

 

Une supplique ? Une insulte ? Une lettre d'amour ? Contact : ktoblog@gmail.com Réponse dans l'année garantie !

  • Facebook

  • Rejoignez la newsletter !

  • Derniers articles

  • Commentaires récents

  • Kto and the City, l’appli android !

     

     

  • Catégories

  • Suivez KTO sur Twitter !

  • Tags